Si le féminisme n'a malheureusement pas encore remporté tous ses combats, il vient en tous cas de décrocher le titre de "mot de l'année 2017", selon le célèbre dictionnaire américain.

On ne le sait que trop, décembre est la période idéale pour les classements, bilans et autre tops de fin d'année. Ce mardi, ce fut au tour du dictionnaire américain Merriam-Webster de clôre 2017 en dévoilant son mot de l'année : "Féminisme". 

VOIR AUSSI : En France, les femmes travaillent "gratuitement" à compter d'aujourd'hui

L'équipe derrière ce dictionnaire, aussi célèbre outre-Atlantique que notre Petit Robert en France, a établi son classement en s'appuyant sur plusieurs critères : le nombre de requêtes Web qu'on suscité les mots, bien sûr, mais aussi la pertinence de celles-ci au cours de l'année.

Peter Sokolowski, éditeur du site, a révélé dans une interview que "les recherches liées au sens du mot 'féminisme' ont augmenté de 70 % en 2017", avec des pics notables lors des marches des femmes aux États-Unis, en janvier dernier, au plus fort du mouvement #MeToo, fin octobre-début novembre, ou encore au moment de la parution, au début du mois de décembre, de la une du Time, sur laquelle des personnalités féminines ayant dénoncé des affaires de harcèlement sexuel ont été mises à l'honneur. 

Une palme bien méritée

Les concurrents au titre de mot de l'année 2017 étaient pourtant sérieux : de "dotard", utilisé par Kim Jong-un à l'attention de Donald Trump, à "hurricane", massivement recherché lors des ouragans Harvey, Irma, Jose et Maria, en passant par "federalism" ou "empathy", la liste était longue. Mais d'après Peter Sokolowski, "féminisme" l'a emporté pour avoir été capable de s'imposer dans divers événements d'actualité, comme l'affaire Weinstein ou encore l'élection de Donald Trump. 

Présents dans le top 10 dudit classement depuis plusieurs années, "féminisme" a donc enfin emporté la mise. En 2016, le mot de l'année selon le Merriam-Webster fut "surreal" ("irréel" en français). 

En France, bien que l'égalité hommes-femmes soit encore loin d'être acquise, plusieurs avancées sur la question ont ponctué l'année : du maintien de la bibliothèque féministe Marguerite Durand à Paris au débat autour de l'écriture inclusive, quelques victoires sont à retenir de 2017. Cependant, du côté des mots ajoutés cette année au Larousse et au Petit Robert, il est plutôt question de start-up nation que de féminisme : "infobésité", "ubérisation", "influenceur" ou encore "disruptif", 2017 n'est assurément pas l'année de la femme dans nos dictionnaires. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.