Sur l’île de Lesbos, en Grèce, les migrants transforment leurs gilets de sauvetage en sacs, trousses et portefeuilles pour faire vivre leur communauté.

Dans le camp solidaire monté par le groupe d'activistes Lesvos Solidarity à Mytilène, un atelier de couture donne une nouvelle vie aux milliers de gilets de sauvetage abandonnés par les migrants à leur arrivée sur l’île. L'atelier fonctionne depuis 2016 et emploie dix personnes, rémunérées grâce à la vente des accessoires à l’étranger, commercialisés entre 12 et 35 euros.

VOIR AUSSI : Un artiste a reconstitué en miniature les maisons que ces réfugiés syriens ne pouvaient emporter dans leurs valises

"Nous avons voulu apporter une réponse créative et positive à la crise"

Efi Latsoudi, une habitante de Lesbos, a co-fondé le projet Safe Passage Bags en décembre 2016 dans le camp situé près de l’aéroport, avant de le transférer dans le centre-ville : "En 2015, il y a eu une très grosse vague d’arrivées sur l’île. On s’est retrouvé avec beaucoup de personnes dans le besoin et nous avons donc commencé à organiser des ateliers. On avait des milliers de gilets de sauvetage sur les bras, on ne savait pas quoi en faire. Il y en avait partout sur l’île. On a donc trouvé une solution. Les personnes résidant dans le camp pourraient en faire des sacs, pour eux-mêmes, à partir de ce matériau disponible en masse."

21150278_311703519303731_3496145384908464946_n.jpg
Janusz Ratecki
22042327_321514431655973_3325795712402950450_o.jpg
Janusz Ratecki
21994488_321514554989294_5138141569485653130_o.jpg
Janusz Ratecki

"Rendre aux réfugiés leur dignité avec un travail et un salaire décent"

Efi Latsoudi raconte : "Un designer grec, qui était sans emploi à l’époque, est venu pour concevoir les sacs. En ce moment, huit réfugiés et deux Grecs les fabriquent dans le centre Mosaic, situé dans le centre-ville de Mytilène. Ces emplois sont pérennes et officiels, les migrants sont enregistrés aux impôts et ont un numéro de sécurité sociale. La semaine, ils travaillent cinq heures par jour, pour 600 euros par mois. Nous produisons 600 à 800 sacs par mois, et utilisons 150 à 200 gilets de sauvetage par semaine. Les ventes sont très inégales en fonction des périodes, nous vendons surtout pendant les périodes de fêtes comme Noël. Depuis notre lancement, nous avons vendu près de 9 000 accessoires."

cmfa_176_mg_2713-xl.jpg
Janusz Ratecki
21993157_321514384989311_1548203182494607519_o.jpg
Janusz Ratecki
22007381_321514314989318_66013549917764179_n.jpg
Janusz Ratecki

Et de poursuivre : "Les produits sont vendus surtout à l’étranger, dans des musées en Norvège, dans des universités ou via des groupes d’activistes. Nous sommes en train de faire un site de e-commerce, pour que tout le monde puisse les acheter plus facilement. Pour le moment, nous les vendons en direct aux personnes qui nous contactent sur notre page Facebook. Les prix sont toujours les mêmes, pour que les éventuels revendeurs ne puissent pas faire de marge. Nous avons eu cette idée parce qu’il a fallu réduire la quantité de déchets sur l’île, mais nous avons surtout voulu apporter une réponse créative et positive à la crise. C’est aussi un très bon moyen de rendre aux réfugiés leur dignité avec un travail et un salaire décent."

Selon les garde-côtes grecs, environ 120 migrants arrivent chaque jour sur les îles grecques situées en face de la Turquie, dont fait partie Lesbos.

Si vous souhaitez soutenir les migrants de Lesbos, rendez-vous sur la page Facebook du projet : Safe Passage Bags

– Article écrit par Liselotte Mas, initialement publié sur le site des Observateurs de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.