Une équipe de restaurateurs a retrouvé un document datant de 1777 caché dans une statue du Christ en Espagne. Son auteur y décrit la vie de l'époque et l'histoire du sculpteur qui l'a créé.

Ce n’est pas tous les jours que l’on trouve des documents du XVIIIe siècle en parfait état. D’autant moins lorsque ceux-ci se trouvaient dans la fesse d’une statue de Jésus. C’est pourtant ce qui est arrivé à une équipe de restaurateurs espagnols.

VOIR AUSSI : La nouvelle destinée du sphinx oublié dans les dunes de Californie

La statue du Christ se trouvait dans l’église Santa Agueda située dans la ville de Sotillo de la Ribera, à quelque 200 kilomètres au nord de Madrid. Elle devait être restaurée par l’entreprise madrilène Da Vinci Restauro

Comme l’explique l'agence de presse espagnole EFE, c’est en retirant une pièce, en l'occurrence les fesses de la statue, que l’équipe a découvert deux documents datant de 1777. 

Les documents retrouvés ont été écrits par Joaquín Mínguez, un chapelain de la cathédrale d'El Burgo de Osma. Et la capsule temporelle est particulièrement bien choisie, reconnaissons-le.

Futures générations

"Même s'il est normal que de nombreuses sculptures soient creuses, ce n'est pas très souvent que l'on retrouve à l’intérieur des documents écrits à la main", a expliqué l’historien Efrén Arroy, cité par EFE.

Les deux feuilles de papier donnent de nombreuses informations sur la période à laquelle celles-ci ont été écrites, ainsi que sur Manuel Bal, le sculpteur de ce Cristo del Misere. Le chapelain décrit notamment en détail le type de céréales cultivées dans la région, parlant également sur la production de vin, apparemment abondante. Le but de l'auteur : laisser un témoignage de son époque.

foto1.jpg
Le document date de 1777.
Da Vinci Restauro

Après inspection par l’équipe de restaurateurs, le document a été envoyé aux archives de Burgos, où d’autres documents concernant l'église de Sotillo de la Ribera sont conservés. Une copie des documents à tout de même été replacée à l’intérieur de la statue. Une façon de respecter le souhait de Joaquín Mínguez, pour qu’une génération future puisse – à nouveau – découvrir cette capsule temporelle.

Ce n’est cela dit pas la première fois que des chercheurs font des découvertes intéressantes à l'intérieur d'une statue. En 2014, des dents humaines avaient été découvertes dans une statue mexicaine du Christ datant du XVIIIe siècle, rappelle Science Alert. Et en 2015, une momie avait été retrouvée dans une statue de bouddha chinoise vieille de 1 000 ans.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.