Ils parlaient à voix haute de "partir en Syrie" pour faire le "jihad". À leur arrivée à Troyes, les comédiens de la pièce "Djihad" ont été accueillis par une trentaine de policiers.

Quatre comédiens étaient attendus jeudi 30 novembre après-midi à La Chapelle-Saint-Luc, à côté de Troyes, pour donner une représentation. Dans le train, ils ont fait ce que l'on appelle une "italienne", c’est à dire qu’ils prononçaient leur texte à voix haute mais sans intention de jouer. En somme, vu de l'extérieur, ils étaient assis et discutaient.

Mais la pièce de théâtre en question raconte l’histoire de trois jeunes désœuvrés qui se préparent à "partir en Syrie" pour faire le "jihad" contre les "mécréants". Et que les "juifs sont les pires".

VOIR AUSSI :"Djihad", la pièce reconnue célébrée en Belgique jouée devant des lycéens de Trappes

"Djihad", du Belge Ismaël Saidi, est une pièce satirique à succès. Des dizaines de milliers de spectateurs ont déjà assisté au spectacle, notamment dans des écoles en Belgique, en France, aux Pays-Bas ou encore en Italie. Mais tout le monde n'a pas eu la chance de l'avoir vue et n'en a pas forcément entendu parler.

Cette répétition improvisée dans le train Intercités Paris-Troyes a de quoi surprendre. Elle était évidement audible par les autres passagers. Certains ont dû commencer à se poser des questions puisqu'un des comédiens a dit aux autres : "Moins fort, tout le monde nous regarde !", raconte l'un d'eux, Theo Askolovitch, contacté par Mashable FR.

Un comité d'accueil original

À leur arrivée à Troyes, ils voient une trentaine de policiers armés jusqu’aux dents en position de tir. "On avait un peu peur", raconte Theo. "Nous aussi on pensait qu’il y avait un terroriste dans la gare."

Là-dessus, Theo, qui est typé et porte la barbe, demande ce qui se passe à une policière qui le dévisage. Elle lui dit : "Ne bougez pas !" S'ensuit un contrôle d'identité et une fouille en règle. L'ambiance est tendue mais les officiers de police sont corrects, raconte le comédien.

Un passager avait appelé la police à 13 h 45. Il s'inquiétait d'entendre ces personnes discuter "de jihad, de Belgique, d'attentats". Après son appel et en attendant l'arrivée du train prévue à 14 h 12, la gare de Troyes avait été bouclée.

Les acteurs ont tout de même eu la présence d'esprit d'avertir les policiers qu'ils allaient faire une sacré découverte dans leurs bagages : des kalachnikov en bois !

Le metteur en scène belge Ismaël Saidi a commenté l'épisode sur sa page Facebook.

Une salle d'une capacité de 500 personnes attendait les comédiens pour une représentation et ils ont pu appeler leur producteur Hicham Fassi-Fihri. Par chance, la préfète venait voir leur spectacle et a pu intervenir.

Conseils aux voyageurs

La représentation de "Djihad" a finalement commencé avec un peu de retard. "Ça s'est bien passé mais ça aurait pu être beaucoup plus compliqué. Ils ont eu peur... Et ils devaient faire la représentation tout de suite après, alors qu'ils étaient un peu secoués", a raconté Hicham Fassi-Fihri à L'Express.

Tout est bien qui finit bien donc, mais on ne saurait que trop leur conseiller de répéter leur texte ailleurs la prochaine fois. Le commissaire Daubigny, qui faisait partie du comité d'accueil en gare de Troyes, leur a d'ailleurs "conseillé de se signaler auprès du chef de bord avant l'embarquement", rapporte France 3. Il a aussi tenu à "saluer la réactivité des gens, des personnes qui ont permis de signaler" et faire de cet exercice grandeur nature une réussite.

Vendredi, les quatre comédiens joueront "Djihad" à Reims, pour la préfecture de police. Ce n'est pas une blague.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.