Michael Flynn, ancien et éphémère conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump, a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs du FBI dans le cadre de l'affaire russe, a annoncé la justice américaine, vendredi.

L'affaire russe a connu, vendredi 1er décembre, un spectaculaire coup d'accélérateur avec l'inculpation de Michael Flynn. Cet ancien conseiller à la Sécurité nationale du président américain Donald Trump a plaidé coupable pour des déclarations "fausses, imaginaires et frauduleuses" au FBI concernant la teneur de ses échanges avec l'ambassadeur russe à Washington sous Barack Obama, Sergueï Kisliak. 

VOIR AUSSI : États-Unis : quel est le rôle du procureur spécial Robert Mueller ?

D’après ABC News, Flynn a promis de "coopérer pleinement" avec le procureur spécial Robert Muller et serait prêt à témoigner que "Trump lui a donné instruction d’entrer en contact avec les Russes". "Le plaider coupable de Flynn n'implique personne d'autre" a pour sa part réagi la Maison Blanche.

La vaste enquête Robert Mueller sur l'ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016 – et les liens présumés entre des proches de Donald Trump et Moscou – fait peser depuis plusieurs mois une lourde épée de Damoclès au-dessus du locataire de la Maison Blanche.

Entré en fonction le 20 janvier, jour de l'investiture de Donald Trump, Michael Flynn avait été poussé à la démission le 13 février, après des révélations sur ses entretiens avec l'ambassadeur russe avant l'arrivée du 45e président des États-Unis à la Maison Blanche.

Les questions sur toutes les lèvres dans la capitale fédérale américaine sont désormais : quelles informations cet homme aux traits sévères s'est-il engagé à livrer aux enquêteurs ? Jusqu'où ira-t-il pour tenter d'échapper à la prison ? Mettra-t-il directement en cause des proches de Donald Trump, voire le président lui-même ?

Ni le président américain ni la Maison Blanche n'avaient réagi en milieu de matinée. L'ancien homme d'affaires de New York a toujours réfuté la moindre "collusion" avec la Russie et dénonce régulièrement une "chasse aux sorcières" orchestrée par ceux qui refuseraient d'accepter sa victoire.

Michael Flynn est la quatrième personne proche de Donald Trump mise en cause dans cette enquête menée par Robert Mueller qui, contrairement à un simple procureur fédéral, dispose d'une plus grande latitude d'action et d'une indépendance renforcée.

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.