Jugé pour crimes de guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), le Croate de Serbie, Slobodan Praljak est mort mercredi après avoir ingéré "du poison" en pleine audience.

C'est du jamais vu au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), à la Haye : mercredi 29 novembre, l'un des accusés croates de Bosnie, Slobodan Praljak, est mort après avoir "pris du poison" en pleine audience juste après la confirmation de sa condamnation à vingt ans de prison.

VOIR AUSSI : Ratko Mladic, "le boucher des Balkans", a été condamné à la perpétuité par le TPIY

Slobodan Praljak, 72 ans, a crié "Praljak n'est pas un criminel" avant de sortir une fiole de sa poche et d'en avaler le contenu devant les caméras. 

Regardez la scène, à 15 secondes :

Alors que des responsables du tribunal s'affairaient autour de Slobodan Praljak, le juge président Carmel Agius a immédiatement ordonné la suspension de l'audience et les rideaux entourant la salle du tribunal ont été tirés.

Quelques minutes après, des journalistes de l'AFP ont vu une ambulance arriver devant le tribunal, tandis qu'un hélicoptère survolait la zone. Plusieurs secouristes se sont également précipités à l'intérieur du tribunal.

Une télévision d'État croate annoncait en début d'après-midi que Slobodan Praljak était mort après avoir ingéré le poison. Des informations confirmées par France 24.

La police néerlandaise refuse, pour sa part, de commenter l'information. La salle d'audience est toutefois désormais considérée comme une "scène de crime", a déclaré la police néerlandaise.

Cette audience en appel concernait six ex-dirigeants et chefs militaires des Croates de Bosnie, accusés notamment de crimes de guerre durant le conflit croato-musulman (1993-1994) qui a éclaté durant la guerre en Bosnie (1992-1995).

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire