Les autorités chinoises auraient refusé d’accorder des visas à plusieurs stars qui devaient défiler ou chanter pour le défilé annuel de lingerie Victoria’s Secret.

Depuis 22 ans, la marque de lingerie américaine Victoria’s Secret fait défiler des "anges" à New York, Londres, Los Angeles ou Paris. Cette année, le show s’exportera à Shanghai le 20 novembre. Pourtant l’organisation s’est un peu compliquée.

VOIR AUSSI : Gigi Hadid pose voilée pour la première couv de Vogue Arabia et Internet est en colère

Alors que les mannequins Lily Aldridge, Alessandra Ambrosio, Karlie Kloss ou Bella Hadid ont déjà commencé à poster sur Instagram ou Snapchat des photos de leur arrivée dans la capitale chinoise à quelques jours du défilé, certaines n’y arriveront jamais.

Katy Perry, qui devait chanter pendant le défilé, s’est vue refuser sa demande de visa, d’après les informations de Page Six. Tout comme Gigi Hadid. "Katy Perry a été bannie de Chine pour une durée indéterminée, ainsi que de nombreuses mannequins parmi lesquelles Gigi Hadid", écrit le média américain.

Les autorités chinoises auraient gardé une dent contre Katy Perry depuis son concert de 2015 à Taïwan pendant lequel la chanteuse portait une robe à fleurs, possible référence à la "révolution des tournesols" menée par les étudiants taïwanais contre la souveraineté de la Chine.

katy_perry_taiwan.jpg
Getty Images

La lettre de demande de visa, signée de la main de Katy Perry, qui cirucle sur le réseau social Weibo, n’aura donc pas suffi à convaincre les autorités de la bonne volonté de la star. Victoria's Secret a finalement décidé de la remplacer par le chanteur britannique Harry Styles.

katy_perry_visa.jpg
Capture Weibo

Quant à Gigi Hadid, son visa lui aurait été refusé suite à la publication d’une vidéo, supprimée depuis, dans laquelle elle imitait les yeux plissés de Bouddha. "Les Chinois avaient été horrifiés par cela et l’avaient accusée de se moquer des Asiatiques", rappelle la journaliste Yvette Tan de Mashable Asia.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.