Durant le séisme de magnitude 7,3 qui a secoué la région frontalière entre l'Iran et l'Irak dimanche soir, faisant plus de 350 morts dans les deux pays, la chaîne de télévision kurde Rudaw était en direct.

Les tremblements de terre ne préviennent jamais. Aussi, ceux qui les subissent connaissent toujours un moment d'incrédulité avant de réagir. Et quand vous êtes en plein direct à la télévision, cela peut sembler durer une éternité.

VOIR AUSSI : Des drones ont aidé les secours après le tremblement de terre en Équateur

Dimanche 12 novembre au soir, Hiwa Jamal, journaliste de la chaîne de télévision kurde Rudaw, basée à Erbil, au Kurdistan irakien, interviewait Ismail Namiq, membre du parlement, installé à Souleimaniye. C'est à ce moment là qu'un séisme de magnitude 7,3 a surpris l'invité. Ce dernier, qui semblait déjà peu à l'aise, le visage luisant, paraît alors vraiment pas bien. "J'ai l'impression qu'un tremblement de terre est en train de se passer à Souleimaniye ?", demande le présentateur, selon une traduction faite par le Guardian.

"Il y a un tremblement de terre ici. Je vais sortir, je suis désolé", dit Ismail Namiq, avant de quitter son siège. "Il y a un tremblement de terre à Souleimaniye en ce moment. J'espère que tous les habitants de Souleimaniye sont en sécurit. Il y a aussi un tremblement de terre à Erbil. J'espère que mon invité est à l'abri", dit Hiwa Jamal. "Il y a aussi un tremblement de terre ici, je le sens. Il est très puissant, il n'y a aucun doute", ajoute le journaliste alors qu'il est à quelque 150 kilomètres de son invité.

Puis il met fin au direct en disant que les équipes de la chaîne vont devoir sortir à l'extérieur pour se mettre en sécurité. Le séisme a frappé près de la région frontalière entre l'Iran et l'Irak, faisant plus de 350 morts et des milliers de blessés, selon un bilan encore provisoire au moment où nous écrivons ces lignes.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.