Serait-ce l'Atlantide ? N'en faisons pas trop. Mais Nan Madol, un site perdu au milieu du Pacifique, en Micronésie, sent bon le mystère et l'archéologie. L'émission "What on Earth?" lui a consacré un épisode.

Ces dernières semaines ont été riches en trouvailles. En Égypte, une cavité grande comme un avion a été découverte dans la pyramide de Khéops, notamment grâce à l’utilisation de la muographie. De l’autre côté du monde, en Amérique, on commence à avoir la certitude que les peuples primitifs sont arrivés sur le continent des milliers d’années avant ce que nous pensions depuis un siècle. Et encore, encore plus loin, sur la Lune, des scientifiques japonais ont trouvé une vaste grotte qui pourrait accueillir une base lunaire, rien de moins.

VOIR AUSSI : En Égypte, une cavité grande comme un avion a été découverte dans la pyramide de Kheops

Autant dire que nous avons de quoi nourrir notre cerveau affamé de sciences et de connaissances. Mais puisqu’il n’y en a jamais assez, la chaîne de télévision américaine Science Channel vient de nous régaler avec un reportage particulièrement aguicheur. Leur émission "What on Earth?" s’est récemment passionnée pour une cité perdue dans l’océan Pacifique, le site en ruine isolé de Nan Madol en Micronésie. L'occasion de découvrir un excellent podcast vidéo et un nouveau mystère de ce monde.

Science Channel

Le mystère de "l’Atlantide" retrouvée du Pacifique

Qu’est-ce qui fait sa particularité ? Pour commencer, Nan Madol, qui signifique "intervalles" en français, est situé sur l’île de Pohnpei, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette île est éloignée de 2 500 kilomètres de l’Australie et de plus de 4 000 kilomètres des côtes américaines. Autant dire le bout du monde.

Pourtant, les recherches et la datation au carbone 14 montrent que Nan Madol était habitée dès le IIe siècle de notre ère. "Qui construirait une ville au beau milieu de l’océan ? Pourquoi à cet endroit précis, si loin de toute autre civilisation connue ?", s'interroge Patrick Hunt, archéologue et chercheur à l’université de Stanford, dans l'émission de deux minutes.

nan2.jpg
Wikimedia Commons

On sait en effet peu de choses sur l’île, découverte en 1828 par le navigateur irlandais James O’Connell, si ce n’est qu’elle a été occupée dès le XIIIe siècle et que les îlots en ruine furent la capitale de la dynastie des Saudeleur jusqu’aux alentours de 1 500.

Grâce aux images satellitaires, Mark McCoy, chercheur à la Texas Southern Methodist University, a pu dénombrer une centaine d’îlots artificiels construits sur une surface d’environ 1,5 km de long par 0,5 km de large. Les murs de pierre des ruines forment des structures d’une précision étonnante. Mais l’on ne sait pas d’où ils viennent, alors que certains sont hauts de plus de 12 mètres et larges de plus de 5 mètres. Une grande partie de la cité en ruine est immergée sous l'océan.

nan1.png
Wikimedia Commons

Pas de découverte ou de scoop pour Science Channel, donc, mais un gros point d’interrogation et un mystère sur lequel on a envie de se pencher.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.