Deux fossiles de dents vieilles de 145 millions d'années ont été découverts dans le Dorset, en Angleterre. Elles nous renseignent sur l’origine des mammifères modernes.

Des paléontologues de l’université de Portsmouth, en Angleterre, ont découvert deux nouveaux fossiles de dents dans les roches du comté de Dorset, au sud du pays. Les fossiles nous sont parvenus depuis le Crétacé et sont issus de la branche de mammifères à l’origine des mammifères modernes, comme les humains.  

VOIR AUSSI : Ce que l'on croyait savoir depuis un siècle sur le peuplement de l'Amérique est sans doute faux

Cette découverte permet aux scientifiques de faire un bond en avant dans la connaissance de l’origine de notre espèce puisque les fossiles sont vieux de 145 millions d’années. C’est visiblement une trace de notre plus viel ancêtre direct qui vient d’être découverte. Et ce dernier ressemble à... un rat.

Une découverte inattendue

Les deux dents ont été découvertes par Grant Smith, un étudiant de l’université de Portsmouth. Selon le Guardian, le jeune homme était en train de collecter des roches sur le site, dans l’espoir de découvrir quelques fossiles intéressants, lorsqu’il est tombé sur les deux fossiles de dents. Il a alors compris qu’il s’agissait de dents de mammifères, mais ne se doutait pas de leur ancienneté ni de l’impact de sa découverte.

Grant Smith s’est alors tourné vers son responsable académique, David Martill, professeur de paléobiologie dans cette même université, qui a alors contacté le docteur Steven Sweetman, spécialiste du Crétacé. "Ma mâchoire en est tombée ! J’ai tout de suite réalisé que j’étais face à une espèce de mammifère du Crétacé précoce", a affirmé ce dernier lors d’une conférence de presse. "Nous avons découvert sur la Côte Jurassique [autre nom du littoral du Dorset, ndlr] deux spécimens ressemblant à des musaraignes qui sont sans équivoque nos plus vieux ancêtres."

sweet.jpg
Au fond, Grant Smith, à gauche de l'image, Steven Sweetman et à droite, David Martill.
Steve Sweetman

Ces mammifères étaient petits, poilus et sortaient probablement de leur cachette durant la nuit. Selon la BBC, la première dent était probablement celle d’un animal fouisseur, se nourrissant d’insectes, tandis que la seconde, plus large, démontre également une appétence pour les plantes. La forme des deux dents était assez avancée, capable de percer, couper ou broyer de la nourriture.

Les chercheurs ont publié leur résultat dans la revue scientifique Acta Palaeontologica Polonica. Ils ont nommé le premier fossile Durlstotherium newmani, en référence à Charlie Newman, le tenancier d’un bar près du lieu ont été découverts les dents, qui est également un fameux collectionneur de fossiles. La deuxième a été nommée Dulstodon ensomi, en hommage à Paul Ensom, un paléontologue local.

Des fossiles déterrés en Chine encore plus anciens ?

Si la découverte est passionnante en elle-même, elle soulève aussi un certain nombre de questions. Pour bien comprendre de quoi il retourne, reprenons rapidement l’histoire des mammifères et donc, celle des hommes.

Les mammifères, qui se distinguent principalement par l’allaitement des petits, mais aussi par leur sang chaud ou la présence de poils, tirent leur origine du Triassique, la plus ancienne période géologique du Mésozoïque. Ils se séparent en de multiples groupes différents durant le Jurassique et le Crétacé et, durant la longue période où ils cohabitaient avec les dinosaures, vivaient principalement la nuit, comme l'a récemment révélé une étude.

Les fossiles sont issus de la Formation de Tiaojishan et seraient vieux de 160 millions d’années

Mais après l’extinction des lézards géants et de leurs camarades, plusieurs groupes de mammifères survivants ont commencé à s’étendre sur la surface de la Terre. Le groupe le plus connu d’entre eux, car étant celui s'étant le plus répandu, est nommé mammifère placentaire, ou Placentalia. Il s’est séparé en de multiples branches au fil des années, évoluant en des espèces aussi diverses que l’éléphant, le renard, la baleine bleue ou… l'Homo sapiens.

Depuis le XIXe siècle, notre connaissance des premiers mammifères placentaires a largement évolué. Mais beaucoup de réponses nous échappent encore, comme leur origine exacte. Ces dernières années, plusieurs découvertes ont toutefois ébranlé notre connaissance du domaine. En 2011 notamment, lorsque des chercheurs ont découvert des fossiles de Juramaia, une espèce de mammifère placétaire dont la branche s'est éteinte, en Chine. Les fossiles sont issus de la Formation de Tiaojishan et seraient vieux de 160 millions d’années. Il est probable que ces mammifères trouvent leur origine en Asie durant le Jurassique et qu’ils se soient étendus sur la surface du globe durant le Crétacé précoce.

Mais la découverte chinoise est encore débattue, notamment par Steven Sweetman, à cause de données récupérées grâce à des études moléculaires. Quoi qu’il en soit, nos deux petits amis fossilisés de Dorset semblent être les plus anciens mammifères liés directement à l’homme.  

juramania.jpg
Le sympathique Juramaia.
Carnagie Museum of Natural History

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.