Au Japon, avoir les cheveux clairs peut être perçu comme indécent sur les bancs de l'école.

Alors que ses cheveux étaient pourtant naturellement châtains, un établissement scolaire d'Osaka, au Japon, a demandé à une élève de ne pas revenir en cours avant d'avoir teint ses cheveux en noir. 

VOIR AUSSI : Au Japon, une entreprise met en place des chambres funéraires accessibles en drive

L'étudiante en question a décidé de porter plainte suite à ces faits qui se sont produits en 2015, comme le rapporte un média japonais. Le procès a eu lieu vendredi 27 octobre. Après avoir teint ses cheveux en noir une première fois, la jeune fille a de nouveau été priée de quitter son école, la direction jugeant que la chevelure ne s'était toujours pas assez assombrie. 

Selon l'établissement scolaire, "même une étudiante étrangère venue en échange aurait eu à se teindre les cheveux en noir". Actuellement, le règlement intérieur des écoles japonaises est particulièrement strict. En plus de l'uniforme, il est régulièrement interdit aux élèves de se teindre les cheveux, de porter des bijoux voire de s'épiler les sourcils.

Au Japon, dès le milieu des années 90, la mode du chapatsu qui consiste à se teindre les cheveux en tons bruns clair légèrement orangés, avait déjà été perçue comme un signe de rébellion. Il a même été dit que les employeurs préféraient embaucher des personnes aux cheveux noirs. Selon le journal Mainichi, certaines écoles d'Osaka choisissent de préciser dans leur base de données si la couleur de cheveux d'un élève est naturelle ou non. Cela, pour éviter de réprimander une personne qui ne l'aurait pas mérité.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.