Mardi, Mohammed ben Salmane, le prince héritier d'Arabie saoudite, a présenté son projet de ville futuriste sur la Mer rouge : NEOM. Un projet qui se veut l'illustration du retour progressif du pays du Golfe à un islam plus modéré.

"Seuls les rêveurs seront les bienvenus", a prévenu Mohammed ben Salmane. Le prince héritier d'Arabie saoudite a annoncé mardi 26 octobre la création d'une gigantesque zone de développement économique, NEOM, grande comme trois fois l'île de Chypre, avec des investissements projetés à plus de 500 milliards de dollars (425 milliards d'euros). Cette ville futuriste, qui doit voir le jour au nord-ouest du pays, sur les bords de la mer Rouge, doit accompagner un retour à l'islam modéré dans la monarchie du Golfe.

L'annonce a été faite en marge d'une conférence de trois jours, intitulée "Future Investment Initiative", qui s'est ouverte mardi dans la capitale saoudienne, en présence de 2 500 délégués.

VOIR AUSSI : À quoi ressemblera la ville de demain ?

Sur le site de NEOM, le projet est décrit en des termes grandiloquents par ses promoteurs. Bâtiments immaculés, espace vert immense au cœur de la métrople, air pur... Rien n'est trop beau pour la ville du futur, qui devrait également révolutionner l'alimentation de ses citoyens grâce à l'agriculture verticale (culture de produits alimentaires dans des tours, pour occuper moins d'espace au sol), le développement de cultures en zones arides et en eau de mer ainsi que l'utilisation de serres photovoltaïques.

Pour le prince héritier, il n'est pas de problème que la technologie ne saurait résoudre. Citant l'exemple des embouteillages, il estime que la combinaison de voitures autonomes, de drones et de robots éradiquera ce phénomène des rues de la future NEOM. La première phase du projet devrait aboutir en 2025, selon le site internet.

Une Arabie "modérée"

De manière surprenante, la vidéo de promotion de NEOM montre des femmes habillées à l'occidentale en train de faire du sport ou travailler aux côtés d'hommes. Des images qui contrastent avec le strict code vestimentaire actuellement en vigueur en Arabie saoudite.

Car, au-delà de ce projet audacieux, le jeune prince héritier d'Arabie saoudite souhaite transformer radicalement le royaume ultraconservateur musulman. Il a promis un État  "modéré", en rupture avec l'image d'un pays arabe un temps considéré comme l'exportateur du wahhabisme, une version rigoriste de l'islam qui a nourri nombre de jihadistes à travers le monde.

La vision d'une "Arabie modérée", longtemps considérée comme un oxymore, pourrait déclencher une réaction des conservateurs. Mais elle se concrétise. Le mois dernier, les femmes ont obtenu le droit de conduire, les cinémas vont bientôt ouvrir et des Saoudiennes ont célébré la fête nationale aux côtés des hommes. Du jamais vu.

Le gouvernement a de plus annoncé la création d'un centre chargé de "certifier" les paroles du prophète Mahomet et d'écarter toute interprétation "fausse et extrémiste". Et la police religieuse, chargée de faire respecter la ségrégation des sexes, a presque disparu des villes saoudiennes.

– Article initialement publié sur le site de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.