Les documents comportent notamment un plan d'assassinat de Kim Jong-un.

Des centaines de documents militaires sud-coréens classifiés ont été volés par des hackers de Corée du Nord. Parmi ces documents, un projet d’assassinat de Kim Jong-un par la Corée du Sud et son allié américain en cas de guerre.

VOIR AUSSI : L'ombre de la Corée du Nord plane sur les Jeux olympiques de Pyeongchang 2018

Selon le journal sud-coréen Chosun Ilbo et l’AFP, qui rapportent les propos d'un député du Parti démocrate au pouvoir Rhee Cheol-Hee, les pirates informatiques sont parvenus à pénétrer l’intranet de l’armée de Corée du Sud en septembre 2016 et y ont saisi pas moins de 235 Go de données.

Parmi elles, ils ont pu découvrir le "Operational Plans 5015", conçu en cas de guerre ouverte contre la Corée du Nord. Et dans ce plan figure en bonne place une procédure pour supprimer Kim Jong-un. On sait par ailleurs que ces documents contenaient une stratégie d’assaut des forces spéciales de Corée du Sud et des informations clés sur les installations militaires et les centrales nucléaires du pays.

80 % des informations sont encore inconnues

La Corée du Sud, qui vient de rendre publics ces vols de données, n’a évidemment pas donné de détails sur ce plan d’attaque, préparé en intelligence avec Washington. On sait simplement que 80 % des documents obtenus par la Corée du Nord n'ont pas été analysés par Séoul. Le ministère de la Défense de Séoul a par ailleurs refusé de commenter.

Mais les révélations concernant cette attaque surviennent alors que les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord sont à leur apogée. Samedi 7 octobre, Donald Trump a en effet laissé entendre, dans une série de tweets, "qu’une seule chose fonctionnerait", face aux velléités militaires et nucléaires de Pyongyang.

La Corée du Nord, qui poursuit ses programmes nucléaires et balistiques en dépit des sanctions internationales, abrite une unité d’environ 6 800 spécialistes des cyberattaques. Le pays est accusé de mener des attaques informatiques de grande ampleur.

Récemment, le groupe de sécurité informatique FireEye a affirmé que Pyongyang avait tenté de voler des bitcoins à la Corée du Sud, en vue d’utiliser cet argent comme monnaie d’échange pour éviter de nouvelles sanctions internationales.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.