Carmen Yulín Cruz, maire de la capitale portoricaine San Juan, ne s'attendait pas a être attaquée sur Twitter par Donald Trump. Mais elle a réussi à retourner la situation pour parler des victimes de l'ouragan Maria.

Vous avez peut-être entendu parler de Carmen Yulín Cruz ces derniers jours. La maire de San Juan, la capitale de Porto Rico, a été prise à parti par Donald Trump sur Twitter après le passage de l'ouragan Maria.

Loin de se laisser intimider, l'élue a décidé de capitaliser sur le tweet du président américain et est devenue en quelques jours un phénomène médiatique.

VOIR AUSSI : Le lancer de Sopalin de Donald Trump à Porto Rico lui promet un bel avenir dans la caravane du Tour de France

L’histoire débute vendredi 29 septembre, quelques jours après le passage de Maria qui a ravagé le territoire américain de Porto Rico. Alors que Donald Trump, préférant participer à un tournoi de golf, ne s’était toujours pas rendu auprès des victimes, Carmen Yulín Cruz décide de prendre la parole pour demander plus d’aide du gouvernement. "Nous sommes en train de mourir", dit-elle lors d’une conférence de presse.

Ces propos n’échappent pas à Donald Trump, qui accuse la responsable politique sur Twitter "d’un manque de leadership" et d’avoir été influencée par les démocrates. Il n’en faut pas moins pour que la presse américaine s’empare du sujet, et que la maire de San Juan se retrouve au milieu d’une tempête médiatique.

Loin de se laisser intimider, l'élue décide à l’inverse d’utiliser cet instant de célébrité pour parler des besoins de son île, en partie détruite par Maria. Soutenue sur les réseaux sociaux, Carmen Yulín Cruz est rapidement devenue un symbole pour les internautes anti-Trump, notamment grâce à une image qui la montre dans l'eau jusqu'à la taille venir en aide à des habitants.  

Récupération politique

Elle donne ensuite de nombreuses interviews aux médias américains, martelant le même message : "Un but : sauver des vies." La maire semble avoir tout compris à la communication politique : elle porte d’abord un sweat-shirt sur lequel est écrit "Aidez-nous, nous mourons" lors d’une interview sur CNN et apparaît ensuite avec un tee-shirt sur lequel est inscrit "nasty" ("mauvais" en français) en référence à un tweet de Donald Trump.

"J’espère que le président des États-Unis arrêtera de sortir des commentaires comme ceux-ci qui font du mal au peuple de Porto Rico", explique-t-elle à CNN. Un seul objectif donc : marteler le besoin de sauver des vies. La maire a même essayé de faire passer le message à l’actuel occupant de la Maison Blanche lors de sa visite, mais celui-ci lui ne lui a rien répondu, hormis "Merci".

"Un but : sauver des vies"

Certains, comme le New York Times, se sont tout de même demandé si cette communication pouvait cacher les ambitions politiques de la maire de San Juan. Le grand quotidien américain suggère qu'elle pourrait lancer une campagne pour devenir gouverneure de l’île.

Mais au fond, comme le note Mashable, qu’importent les visées politiques, supposées, de Carmen Yulín Cruz. Celle-ci a compris comment utiliser les attaques de Donald Trump à son avantage, en l'occurrence transmettre un message : "Un but : sauver des vies."

– Retrouvez les articles d'Heather Dockray et Rebecca Ruiz sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.