Plus besoin de prendre le TER. Bientôt, on pourra faire Vesoul-Perpignan en fusée. Ou presque.

Elon Musk, patron de SpaceX et grand manitou de la conquête de Mars, s'est rendu à l'International Astronautical Congress, qui se tient toute la semaine en Australie. Comme l'année dernière, son discours était très attendu : ces dernières années, SpaceX est incontestablement devenu le principal challenger du marché du vol spatial. Et, une nouvelle fois, les annonces faites par le milliardaire n'ont pas déçu, tant les objectifs de SpaceX semblent impossibles à réaliser.

VOIR AUSSI : Comment Elon Musk compte coloniser la planète Mars dès 2024 avec une nouvelle super-fusée réutilisable

Il a d'abord expliqué son plan pour envoyer des hommes sur la Lune et sur Mars avant 2024 à bord d'une super fusée : la BFR, pour "Best F*cking Rocket". Celle-ci, encore en développement chez SpaceX (et très loin d'être utilisable), serait haute de 106 mètres, large de 9 mètres et capable de transporter une charge de 150 tonnes. Une prouesse technologique qui serait cinq fois plus grande que la Falcon Heavy, le modèle le plus imposant de SpaceX.

Mais, à la fin de son discours, Elon Musk a également fait une autre promesse : celle d'utiliser sa fusée pour réaliser des voyages sur Terre. En montrant une vidéo de démonstration, il a promis que, grâce à l'engin, nous serons bientôt capables d'aller "n'importe où sur Terre en moins d'une heure" pour le même prix qu'un billet d'avion classique sur un long courrier, soit entre 500 et 1 000 euros l'aller-retour. On a envie de dire : hell yeah bitch.

Partir de New York, faire un tour hors de l'atmosphère, aller boire un café à Shanghai

Bon, alors, concrètement, comment compte-t-il s'y prendre ? Notons d'abord que la fusée en elle-même et le voyage sont tous les deux, pour le moment, au stade de la conception. Mais SpaceX espère commencer la construction de BFR dans les six mois à venir. Dans la vidéo dévoilée par SpaceX, on en apprend toutefois un peu plus sur le fonctionnement hypothétique de la fusée.

On y voit des voyageurs se rendre sur une plateforme de lancement au large de New York. La fusée en elle-même sera composée de 40 cabines pouvant accueillir deux à trois personnes. On peut donc espèrer un maximum de 120 passagers par vol. Après avoir décollé et effectué un vol à près de 27 000 km/h, la fusée sortira de l'atmosphère pour se séparer en deux. Le propulseur redescendra vers la base de lancement, tandis que les passagers, après avoir parcouru 11 200 kilomètres en à peine 39 minutes, pourront aller boire un café à Shanghai. Les autres trajets proposés dans la vidéo incluent Honk Kong-Singapour en 22 minutes, Londres-Dubai en 29 minutes ou New York-Paris en 30 minutes.

 

Part 2

Une publication partagée par Elon Musk (@elonmusk) le

Ces annonces soulèvent évidemment un certain nombre d'interrogations, si SpaceX arrive jamais à réaliser ce projet. Quand SpaceX compte-il mettre en service la BFR ? Quelle sera la régularité des vols ? Quelle sera l'expérience des passagers dans la fusée ? Par ailleurs, on s'interroge sur l'atterrissage. SpaceX a montré sa capacité à faire décoller et atterrir à nouveau ses fusées, même sur des plateformes off-shores. Mais il y a une énorme différence entre les 55 mètres et 333 tonnes de la Falcon 9 et les 106 mètres et 150 tonnes de la BFR.

Comme d'habitude avec Elon Musk, il faudra attendre et patienter.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.