Les officiers des sous-marins américains en avaient marre de faire la guerre avec des dispositifs sophistiqués. Ils vont maintenant la faire avec des manettes de Xbox 360.

La marine américaine a décidé de moderniser ses sous-marins. Et pour elle, la modernisation consiste à équiper des engins de guerre avec des manettes de Xbox 360.

VOIR AUSSI : Des hackers-détectives ont trouvé comment débloquer le jeu "Golf" sur la Nintendo Switch 

Selon le site Stars and Stripes, un média spécialiste de l’actu militaire, l’US Navy va remplacer les contrôleurs de périscope de sa flotte sous-marine par ceux de la console de Microsoft. L’USS Colorado, un sous-marin de type nucléaire, sera le premier à bénéficier de ce système en novembre. 

La guerre devient un jeu vidéo

La marine travaille sur ce projet depuis deux ans dans un laboratoire dédié aux nouvelles technologies. L’objectif était simple : améliorer la vie des officiers en charge du périscope. L’usage de cet instrument d’optique a toujours été jugé fastidieux par les marins.

En plus d’être horrible à manipuler, le contrôleur du périscope était cher – environ 38 000 dollars. Quand une manette de Xbox 360 coûte 20 dollars, voire moins pour un modèle d’occasion. Il n’y a pas de petites économies, même si Mark Eichenlaub, un officier de la marine, insiste auprès de Stars and Stripes que "ce contrôleur n’est en aucun cas économique, et uniquement destiné à fonctionner sur des sous-marins Virginia".

Ajoutez à cela un temps de formation réduit et vous obtenez des militaires heureux comme jamais. "Je peux me rendre dans n’importe quel magasin de jeux vidéo dans le monde et me procurer une manette de Xbox, c’est donc on ne peut plus simple à remplacer", a conclu Mark Eichenlaub.

En faisant le choix d’un contrôleur de jeu vidéo, l’armée américaine confirme son intérêt prononcé pour le monde du gaming. Plusieurs joueurs ont été recrutés afin de piloter des drones armés, comme le montre le documentaire "Drone Wars" du Guardian. Bref, faire la guerre ressemble de plus en plus à une partie de "Call of Duty". Et ça n’a rien de réjouissant.

– Retrouvez aussi l’article de Kellen Beck sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.