Après avoir étudié Saturne et ses lunes de près durant 13 ans, la sonde Cassini s'est consumée dans l'atmosphère de la géante gazeuse, mettant fin à une mission pleine de réussites.

Il était environ 13 h 55 (heure de Paris), vendredi, quand les scientifiques ont eu la confirmation officielle que la sonde Cassini s'est consumée dans l'atmosphère de Saturne. En une minute environ, le vaisseau envoyé dans l'espace il y a 13 ans pour le compte de la NASA, de l'ESA et de l'Agence spatiale italienne s'est totalement décomposé.

VOIR AUSSI : Comment la sonde Cassini a transformé notre compréhension du système solaire

"Nous avons une perte de signal", a déclaré un des responsables de la mission, alors que s'achevait la dernière transmission de Cassini.

Cette mort n'était pas une surprise. On peut même dire qu'on l'attendait. 

Cela faisait un certain temps déjà que les scientifiques avaient prévu d'envoyer Cassini dans l'atmosphère de Saturne. Au lieu de laisser la sonde consumer tout son carburant puis flotter sans contrôle dans l'espace, au risque qu'elle s'écrase et contamine une lune de Saturne potentiellement habitable, les contrôleurs de mission ont décidé de l'envoyer au plus près de la planète qu'elle a passé plus d'une décennie à observer pour le compte de l'humanité.

Lancée en 1997, Cassini a exploré Saturne et ses nombreuses lunes depuis son arrivée sur place en 2004. Elle a observé les saisons extraterrestres et fait de nombreuses découvertes. Nous connaissons désormais beaucoup mieux cette partie du système solaire grâce à elle et ses photos époustouflantes des lunes de Saturne, et notamment d'Encelade qui contiendrait un océan liquide sous sa croûte glacée.

Au total, Cassini a pris plus de 450 000 photos, a effectué 294 orbites autour de Saturne, et parcouru 7,9 milliards de kilomètres depuis son lancement.

Et jusqu'à la fin, la sonde a fait au mieux ce pourquoi elle avait été conçue : récolter et transmettre des données aux scientifiques sur Terre. Jusqu'à ce qu'elle soit précipitée dans l'atmosphère de Saturne telle un météore, elle a continué à envoyer des images.

L'un des instruments de l'engin spatial, le spectromètre de particules chargées et neutres, a goûté à l'atmosphère de la planète durant la descente, envoyant ses découvertes vers la Terre comme dans un dernier soupir.

Ce type de données pourrait aider les scientifiques à comprendre comment Saturne a évolué, même si la mission est maintenant terminée. Nous n'avions jamais été en mesure d'analyser l'atmosphère de Saturne directement auparavant, alors même dans sa mort, Cassini ouvre de nouveaux horizons.

cassini-fini-2.jpg
NASA/JPL-CALTECH

C'est sans doute la meilleure façon d'honorer la mémoire de Cassini maintenant qu'elle n'est plus, continuer les recherches.

La sonde a tant contribué à accroître notre connaissance du système solaire. Ses données seront encore utilisées dans plusieurs décennies. Les scientifiques continueront à se pencher sur les éléments récoltés par cette mission pour proposer de nouvelles théories, valider des idées et renforcer des travaux passés.

Et pourtant, en dehors d'une mission vers Europa, quartrième plus gros satellite de Jupiter, la NASA n'a pas prévu d'autres missions vers des planètes du système solaire. Nous n'avons désormais plus de vigie dans cette partie du Cosmos.

– Adapté par Steven Jambot. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.