Durant les 13 dernières années, la sonde spatiale Cassini a discrètement transformé notre vision de Saturne et de ses nombreuses lunes. Voici un dernier hommage avant la chute.

La mission Cassini – un projet à hauteur de 3,62 milliards d’euros mené par la NASA et l’Agence spatiale européenne – explore Saturne et ses nombreuses lunes depuis son arrivée en orbite autour de la planète aux anneaux en 2004. La sonde spatiale a changé la manière dont nous percevons la deuxième planète la plus massive du système solaire.

VOIR AUSSI : La NASA a un plan pour ramener des bouts de Mars sur Terre plus vite que prévu

Mais tout ceci s’apprête, soudainement, à se terminer.

Le vendredi 15 septembre à 13h54, heure française, nous arrêterons de recevoir des nouvelles de Cassini, tandis que celle-ci descendra à la vitesse d’un météore dans l’atmosphère de Staurne, filant vers une mort qui a été prévue dans les plus infimes détails depuis de nombreuses années.

Tous les instruments et l’ensemble de l’équipement de la sonde spatiale sont encore fonctionnels, mais Cassini se meurt de ne plus avoir de carburant pour continuer sa course. Au lieu de laisser leur vieille amie errer dans l’espace jusqu’à son crash final, les scientifiques de la NASA et de l’ESA ont choisi de programmer le crash de Cassini afin de ne pas endommager les lunes de Saturne qui pourraient jouer un rôle dans le futur spatial de l’humanité.

Ainsi, même dans sa mort, Cassini aura consacré toute sa vie robotique à aider les humains à en apprendre plus sur leur univers.

Cassini est une sorte de héros de l’ombre. Le projet n’a jamais été aussi populaire que New Horizons, la mission de la NASA pour explorer Pluton et ses nombreuses lunes. Durant sa vie, Cassini n’a presque jamais fait les gros titres de la presse, contrairement aux rovers envoyés pour explorer Mars ces dernières années. Mais malgré le manque d’engouement collectif, la sonde a récolté un volume impressionnant et important d’informations et de découvertes scientifiques.

Une courte histoire de Cassini

Cassini a été lancée dans l’espace le 15 octobre 1997. Mais elle n’était pas seule dans la fusée Titan IVB qui l’accompagna vers l’espace.

La mission transportait également la petite sonde spatiale Huygens, construite par l’Agence spatiale européenne. Celle-ci avait été conçue pour se poser sur la plus grande lune de Saturne, Titan, afin de transmettre des données aux gestionnaires de la mission sur Terre.

L’envoi de la fusée contenant les deux modules ne s’est pas fait sans anicroche. De nombreuses personnes ont protesté, craignant que Cassini et Huygens polluent l’espace en déversant du plutonium, qui est utilisé comme carburant, s’il venait à y avoir un accident.

Peu avant le lancement, le physicien Michio Kaku exprimait aussi quelques inquiétudes. Il craignait que si la fusée explosait, le matériel radioactif qu’elle contenait se déverse sur les gens présents sur le site de lancement. La NASA et l’ESA affirmèrent que cela n’était pas possible et, finalement, les sondes décollèrent sans aucun problème.

Elles arrivèrent à proximité de Saturne sept ans après leur lancement depuis Cape Canaveral et Huygens se posa sur Titan le 14 janvier 2005. Depuis, Cassini a fait de multiples vols sur les lunes en orbite autour de la planète aux anneaux. La sonde a pris de nombreuses images et récupéré des données comme aucune autre avant.

Regardez ces lunes

De l'énorme Titan à la petite Daphnis, l'observation des lunes de Saturne a transformé la manière dont nous voyons l'écosystème de la planète aux anneaux. Saturne et ses lunes sont comme un petit système solaire.

epmitheus.jpg
Epmitheus
Mashable
epmitheus.jpg
Epmitheus
Mashable
helene.jpg
Helene
Mashable
hyperion.jpg
Hyperion
Mashable
mimas.jpg
Mimas
Mashable
pandora.jpg
Pandora
Mashable
titan_and_tethys.jpg
Titan et Tethys
Mashable
daphnis.jpg
Daphnis
Mashable

Cinq de nos découvertes préférées de Cassini

C'est assez compliqué de faire le tri dans 13 années de recherche et d'informations apportées à la Terre par Cassini. Mais il n'est pas compliqué de comprendre à quel point la sonde fut d'une importance cruciale pour les chercheurs. Voici quelques exemples des découvertes les plus importantes réalisées en une décennie d'exploration de Saturne.

  • Les colonnes d'Encelade

En arrivant sur la lune Encelade, Cassini a dû se frayer un chemin entre les colonnes d'eau carbonique qui partent de sous la surface et jaillissent jusque dans l'espace. Avant l'arrivée de Cassini, nous n'avions aucune idée de la complexité géologique d'Encelade. Depuis, on sait qu'il est probable que la lune possède tous les ingrédients nécessaires à la vie.

  • L'environnement de Titan, semblable à la Terre

Nous avons regardé Titan et en avons appris plus sur nous mêmes. L'observation de la plus grande lune de Saturne a révélé un monde compliqué, composé de lacs liquides de méthane, en lieu et place d'eau, et de véritables dunes d'hydrocarbone. Pour un observateur peu habitué, Titan ressemble à la Terre. Mais elle est vraiment différente et montre la profonde différence entre les corps stellaires de notre système solaire.

  • Les nombreuses lunes de Saturne

Avant de le départ de Cassini, les scientifiques ne connaissaient que 18 lunes orbitant autour de la planète aux anneaux. Aujourd'hui, grâce à Cassini, nous connaissons au moins 53 de ces lunes.

  • Le pôle hexagonal de Saturne

Cassini a réalisé plusieurs clichés incroyables de Saturne durant ces dernières années. Mais le plus phénoménal reste sans doute celui du pôle Nord de Saturne. "L'hexagone de Saturne", comme on le nomme, est un motif nuageux hexagonal qui tourne en permance au-dessus du pôle. Pour information, chaque côté mesure environ 13 800 km et l'œil du cyclone est environ 50 fois plus grand que celui d'une tempête moyenne sur Terre.

saturnehexa.jpg
NASA/Space Science Institute
  • Le vide entre les anneaux

C'est une des dernières informations transmises par Cassini. Alors que la sonde s'approche lentement de sa mort, elle s'est aussi rapprochée des anneaux de Saturne, jusqu'à se placer entre ceux-ci. Et là, surprise : au lieu de se retrouver au milieu de poussière et de débris cosmiques, la sonde a découvert un étrange calme, une sorte de vide spatial.

Une mission qui nous manquera

Cassini n'était pas une star de l'exploration spatiale. Mais elle avait sa mission et l'accomplissait parfaitement. Chaque mois, elle envoyait de nouvelles images que nous pouvions observer, les yeux ébahis, essayant de décortiquer le contenu de ces planètes aliens. Elle avait d'ailleurs un certain fan club, sur Twitter, qui partageait régulièrement certaines de ses images.

La NASA n'a, pour le moment, mis en place aucun projet comparable sur des planètes distantes comme Neptune ou Uranus. Et quand Cassini se crashera, vendredi, nos yeux sur la planète Saturne se fermeront. Peut-être définitivement, peut-être pas.

NASA/YouTube

Adapté par Benjamin Bruel. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.