Pour la première fois de son histoire, Singapour est désormais régi par une femme présidente. Halimah Yacob, 63 ans, ancienne ministre et présidente du parlement, a été nommée présidente du pays ce mercredi.

Nommée présidente de Singapour mercredi 13 septembre, Halimah Yacob était la seule candidate à remplir toutes les conditions requises pour la présidence, un rôle essentiellement cérémonial qui était cette année réservé à des candidats de la communauté malaise.

VOIR AUSSI : Il y a donc un distributeur automatique de voitures de luxe en plein milieu de Singapour

Pour célébrer sa victoire, Twitter a dévoilé un emoji à son effigie – une première mondiale pour une femme cheffe d’État.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5906302f47bf6382-ad82-4567-a967-309a3cf7cdec.png

Sur cet emoji, Halimah Yacob porte un foulard rouge et un haut blanc, les couleurs nationales de Singapour. Son foulard est aussi orné d’une petit pin’s en forme d’étoile blanche, symbole qu’on retrouve sur le drapeau du pays.

Depuis sa nomination, tous ceux qui partagent les hashtags  #HalimahYacob, #PresidentHalimah or #MdmPresident sur Twitter voient automatiquement leurs messages se parer du petit émoticône.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5906472fc0bc46d6-51e6-41b3-82f2-f5cd7ee975e3.png
https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5906492f78439dbb-6bc7-4e2e-85e3-0598745685c8.png
https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5906522f0af2a744-5a9b-439c-8042-1d0c927479d6.png

Une "élection" unique contestée

Mais tout le monde n’est pas ravi de la victoire d’Halimah Yacob.

Certains Singapouriens expriment sur Twitter leur colère, affirmant que sa victoire n’est pas démocratique puisqu’elle était la seule et unique candidate à cette élection.

Le gouvernement a décrété que deux de ses rivaux n’étaient pas éligibles car leurs entreprises ne disposaient pas d’au moins 370 millions de dollars de capitaux en fonds propres – un des nombreux critères à remplir pour prétendre au poste présidentiel.

Halimah Yacob fait aussi l’objet de critiques car la présidence de cette année n’était ouverte qu’à un certain groupe ethnique. Le gouvernement avait précédemment justifié sa décision par un besoin de meilleure représentation des différentes minorités dans un pays largement dominé ethniquement par les Chinois.

Cette femme musulmane de 63 ans est la première cheffe d’état malaise en 47 ans, rappelle Channel News Asia. Mais pour certains, ce critère strict laisse à penser qu’Halimah Yacob a été "sélectionnée" plutôt qu’élue pour la présidence.

"Un résumé de la situation à Singapour"

"Tu ne peux pas perdre une élection si tu es le seul candidat approuvé"

Certains ont même repris le hashtag #NotMyPresident qui avait émergé aux États-Unis après l’élection de Donald Trump.

"Je n'ai rien de personnel contre Madame Halimah. Je la respecte en tant que musulmane mais elle n'est quand #PasMaPresidente vu cette supercherie."

À Singapour, le président a des pouvoirs très limités. Le vrai chef d’État du pays est traditionnellement plutôt le Premier ministre.

Halimah Yacob, qui prendra ses fonctions jeudi 14 septembre, occupera le poste de présidente pour les six prochaines années.

– Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable Asia.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.