La première journée de manifestation contre la réforme du code du travail se tient ce mardi 12 septembre dans plusieurs villes de France. À Paris, on a pu observer un cortège de sorcières assez original.

Mais qui sont les sorcières du witch bloc ? À Paris, lors de la manifestation du 12 septembre, elles ont fait forte impression entre les cortèges de la CGT et ceux des forains. Vêtues de chapeaux pointus, de robes noires et munies d'une banderole "Macron au Chaudron", la quinzaine de sorcières font parties d'un groupe de militantes féministes et anarchistes apparemment issues de l'université Paris 7.

VOIR AUSSI : Manifestations du 12 septembre : les pancartes les plus créatives et WTF qu'on a pu dégoter

En effet, c'est le Comité anarchiste Paris 7 qui a initié le mouvement sur sa page Facebook. Le groupe se décrit comme un "comité informel d'anarchistes formé par des étudiants de toutes filières de la fac" et ont appelé à manifester ce mercredi. Ils expliquent que "si tu es du genre féministe vénère", il est aussi possible de les rejoindre au sein du fameux witch bloc, en référence aux blacks blocs, évidemment.

Sur l'événement dédié, Witch Bloc 12/09, où 91 personnes annoncent participer et 926 être intéressées, elles ont laissé un petit message descriptif, relayé par le site Paris-luttes, qui nous permet de mieux comprendre leur mouvement. "Des chapeaux pointus sur la tête, pancartes noires au poing, elles scandent des slogans anti-Trump. Les sorcières ont prouvé leur importance aux dernières émeutes américaines contre le fascisme, s'y joignant en cortège uni et solidaire", expliquent-elles. Il est donc temps "de faire de même, contre notre propre menace, qui avance à pas de loups, l'ultralibéralisme décomplexé".

Elles se présentent donc comme un groupe de "militantes, féministes, émeutières" qui se sont "échappées des cases normatives de la société".

Les sorcières contre le fascisme

Comme les sorcières du witch bloc parisien l'écrivent clairement dans leur courte description, leur mouvement est inspiré des manifestantes anti-Trump américaines. Le groupe W.I.T.C.H, fondé dans la ville de Portland en octobre dernier, milite contre le patriarcat, le racisme et le fascisme. Elles se sont notamment rendus à la Women's March du 21 janvier dernier et apportent régulièrement leur soutien à des groupes comme Black Lives Matter. On les voit toujours enveloppées anonymement dans leur costume de sorcière , ce qui est "un outil pour démanteler le patriacart blanc suprémaciste", écrivent-elles.

"Des siècles durant, la culture dominante a persécuté tous ceux qui ont osé être différents : les guérisseurs, les sages-femmes, les queers, les solitaires, les vieux sages, les païens, les étrangers, les femmes sauvages, explique l'organisation dans son manifeste. Les dissidents menacent le statu quo, particulièrement lorsqu'ils sont enveloppés dans une apparence inhabituelle, comme celle du mystique et sacré féminin."

WITCH PDX

Ces femmes, qui jouent avec l'imaginaire et la mythologie historique autour des sorcières du Moyen-Âge, se sont elles-mêmes inspirées directement d'un groupe fondé en 1968, le Women's International Terrorist Conspiracy from Hell (soit W.I.T.C.H en anglais), un groupe de féministes et socialistes new-yorkaises qui ont lutté au sein du mouvement pour la libération des femmes dans les années 1960, aux États-Unis.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.