Événement exceptionnel dans l'Atlantique : après la dévastation provoquée par le passage de l'ouragan Harvey, les ouragans Irma, José et Katia risquent tous d'atteindre les îles caribéennes et les États-Unis le même jour, dimanche 10 septembre.

En ce moment même, trois ouragans évoluent dans l'océan Atlantique. Un phénomène inhabituel, qu'on n'avait pas observé depuis 2010. Encore plus étrange, ces trois ouragans pourraient toucher terre exactement le même jour : dimanche 10 septembre 2017.

VOIR AUSSI : L'ouragan Irma a frappé une propriété de Donald Trump à Saint-Martin et en menace d'autres en Floride

Il y a d'abord l'ouragan Irma bien sûr, l'un des cyclones les plus violents connus jusqu'ici qui a déjà dévasté plusieurs îles des Caraïbes dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Selon les prévisions, il doit passer au-dessus ou très près du sud de la Floride entre samedi soir et dimanche matin, avec une force de catégorie 4 (il était classé 5 sur les Antilles), constituant une menace directe pour le sud-est des États-Unis avec des vents dévastateurs et des inondations le long de la côte.

Une double-menace pour les Antilles

Juste derrière se trouve l'ouragan José, qui rassemble ses forces et menace des zones déjà touchées par Irma. Sur le tracé prévu par les météorologistes, il devrait passer samedi à proximité des îles du Vent, dont Barbuda et Antigua. Il est possible que ces îles soient épargnées, mais des alertes ont été lancées afin d'avertir et de protéger la population.

Si José venait à passer dans ces zones, cela entraverait gravement le travail des secours, alors même que l'urgence humanitaire est à son paroxysme. L'ouragan Irma a détruit beaucoup d'habitations et de bâtiments, dans la tempête la plus intense que ces territoires aient connu.

Enfin il y a l'ouragan Katia, formé mercredi dans le golfe du Mexique. Il se déplace vers le sud-ouest tout en s'intensifiant, et devrait atteindre le continent entre vendredi soir et samedi avec une force de catégorie 2 ou 3, vers l'État mexicain de Veracruz.

Une situation météorologique hors du commun

L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), en charge de l'observation de ces ouragans, avait déjà prédit une saison d'ouragans bien supérieure à la normale.

ouragan-irma-jose-katia-catastrophe-naturelle-etats-unis.jpg
NOAA

Ce phénomène rare est en partie basé sur l'absence, en 2017, d'El Niño, un courant saisonnier chaud dans l'océan Pacifique, au large du Pérou et de l'Équateur. La présence de ce phénomène climatique rend la région plus hostile pour les ouragans et tempêtes tropicales qui naissent dans l'Atlantique, car il permet d'intensifier la force des vents d'altitude, qui déchirent les cyclones naissants.

En l'absence d'El Niño, le bassin Atlantique nord héberge des conditions idéales pour ces énormes tempêtes. Des vents relativement faibles, des températures océaniques supérieures à la moyenne et une pénurie relative de masses d'air sec qui empêcherait normalement le développement d'un ouragan.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.