À partir de cette rentrée, la cantine est gratuite à New York pour tous les élèves des écoles publiques. Une mesure qui devrait concerner un peu plus d'un million de jeunes Américains.

"C'est une question d'égalité. Chaque communauté compte", a fait savoir Carmen Fariña, rectrice de l'académie de New York, dans un communiqué mis en ligne le 6 septembre. Dès la rentrée scolaire de 2017, qui a lieu jeudi 7 septembre, tous les élèves inscrits dans une école publique de l'État se verront offrir leur déjeuner à la cantine. "Pour rester concentrés en classe, il ne faut pas avoir le ventre vide", a-t-elle ajouté.

VOIR AUSSI : Le "lunch shaming", ou comment les cantines scolaires discriminent les enfants défavorisés

Car, comme le fait remarquer le New York Times, la majorité des jeunes scolarisés dans les établissements publics sont issus de foyers modestes. Près de 75 % d'entre eux bénéficient déjà d'une aide (repas offert ou en tarif réduit). Avec l'arrivée de la gratuité généralisée, 200 000 autres étudiants seront aidés, ce qui représente une économie annuelle de 300 dollars pour les familles de ces enfants.

Lutter contre les stigmatisations et le racisme social entre élèves 

Jusqu'à présent, la question de la cantine demeurait plutôt épineuse dans les écoles : les élèves bénéficiant d'une aide étaient souvent humiliés, certains préférant même ne pas se rendre à la cafétéria plutôt que d'admettre que leurs parents ne sont pas capables de payer leurs frais de bouche. Il faut dire que dans certains États, certaines écoles n'hésitent pas à aller jusqu'à humilier publiquement les enfants (en leur apposant un tampon "I need lunch money" sur le bras ou en les obligeant à débarrasser les tables) de parents non-payeurs afin de "responsabiliser" ces derniers. En avril 2017, l'État du Nouveau-Mexique avait dû réagir en faisant passer un texte de loi ("Hunger-Free Students' Bill of Rights") afin d'interdire cette pratique.

En généralisant la gratuité à tous, les pouvoirs publics espèrent faire disparaître le harcèlement scolaire et le racisme social mais aussi lutter contre l'obésité et la malbouffe chez les étudiants qui préféraient acheter à emporter ou se nourrir de snacks des distributeurs automatiques. Ce qui n'empêche pas Carmen Fariña de souhaiter également que de leurs côtés, les familles qui avaient les moyens de payer la cantine continuent à mettre la main à la poche, par exemple en faisant des dons à des associations de parents d'élèves.

Aujourd'hui, de nombreux maires de grandes villes américaines telles que Chicago, Detroit, Dallas ou encore Boston ont déjà déployé des programmes de cantine gratuite dans les écoles publiques. Il était donc temps que New York, qui possède le plus grand campus du pays, se mette au diapason.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.