Un petit garçon n’a-t-il pas le droit de vivre "une journée de Princesse" ? D’après une maman anglaise, Disneyland Paris a refusé la demande d’inscription de son fils de 3 ans, avant de s’excuser et de rectifier le tir.

"Pourquoi mon fils ne pourrait-il pas être une princesse à Disneyland ?", s’interroge Hayley McLean-Glass, maman du petit Noah, 3 ans, dans une lettre ouverte à Disneyland Paris postée sur son blog le 30 août.

VOIR AUSSI : Contre les stéréotypes liés au genre dans la pub, le Royaume-Uni va plus loin que la France où un vide juridique demeure

Originaire du Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, cette maman avait prévu d’offrir à son fils un cadeau de Noël en avance : une journée de Princesse dans l’hôtel de Disneyland Paris. Lors d’une précédente visite dans le parc d’attractions, le petit Noah s’est pris de passion pour toutes les princesses Disney, de Jasmine ("Aladdin") à Belle ("La Belle et la Bête"), et surtout Elsa, de "La Reine des Neiges". Hayley McLean-Glass raconte qu’à la maison, son fils de 3 ans ne quitte plus sa robe à paillettes de "La Reine des Neiges" : "Il porte sa robe chérie d’Elsa toute la journée, tous les jours… Il refuse même de l’enlever lorsqu’il doit aller se coucher. Il connaît chaque mot des paroles de 'Libérée, délivrée' et de toutes les autres chansons du film".

**PLEASE SHARE AND SHOW DISNEY HOW OUT OF TOUCH THEY ARE! EQUALITY IS FOR EVERYONE!** Dear Disneyland Paris, This is...

Posted by Sparkles & Stretchmarks Blog on Tuesday, August 29, 2017

"Pas possible pour un garçon"

Alors forcément, à l’idée de passer une journée de Princesse où il devait se faire coiffer, maquiller, déguiser puis prendre en photo, Noah trépignait d’impatience. Sauf que le petit garçon et sa maman ont eu une mauvaise surprise. À leur demande d’inscription, Disneyland Paris leur a répondu : "À ce jour, il n’est pas possible de réserver 'Princesse d’un jour' pour un garçon".

mail.png
Sparklesandstretchmarks.com

Sur son blog, Hayley McLean-Glass a exprimé son indignation de voir son fils n’être pas autorisé "à vivre les mêmes expériences que les petites filles qui viennent à Disneyland juste parce qu’il est un garçon". "Si une petite fille veut être un super héros, elle peut l’être. Si elle veut être un jedi, elle peut l’être. Elle peut être tout ce qu’elle veut… comme Walt Disney le disait lui-même 'Si tu peux le rêver, tu peux le faire !'… À part si tu es un petit garçon qui veut devenir une princesse à Disneyland apparemment."

"Les points de vue dépassés de notre monde"

Noah, lui, n’a pas du tout conscience que le fait de voir un petit garçon se promener en robe peut soulever autant de polémiques et de jugements. "Mon fils est très jeune, il n’a pas encore idée des points de vues accusateurs et dépassés de notre monde. Il n’a aucune raison de penser que quelqu’un voie d’un mauvais œil un garçon jouer à se déguiser. Et je n’ai pas le désir de l’exposer à cette inégalité ridicule avant que cela ne devienne absolument nécessaire."

VOIR AUSSI : #FirstTimeISawMe, le hashtag qui montre l'importance de se sentir représentés par les personnages de fiction

"Disney s'excuse pour une information erronée"

Heureusement, Noah n’aura pas tout de suite à être confrontée aux durs jugements de notre société car Disneyland a finalement changé d’avis. Contacté par Mashable FR, Disneyland Paris nous a assuré avoir "contacté la famille afin de présenter [ses] excuses pour lui avoir fourni une information erronée". Ce qu’a confirmé Hayley McLean-Glass dans un commentaire sur Facebook ce jeudi. Au site ITV News, un porte-parole de Disneyland Paris a évoqué un "incident isolé qui ne reflète pas la politique ou les opinions de Disneyland Paris" : "La diversité est ancrée dans nos cœurs". Depuis cet incident, le site de l’hôtel Disneyland Paris a d’ailleurs modifié le descriptif de l’activité "Princesse d’un jour" transformant la phrase "réalisez le vœu de toute petite fille" et en "réalisez le vœu de tout enfant".

princesse_dun_jour_cache.jpg
Capture Mashable FR
princesse_dun_jour_site.jpg
Capture Mashable FR

Et Noah, lui, pourra vivre sa journée de Princesse comme n’importe quel autre garçon qui le souhaite.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.