Cette très belle photo aérienne d'une décharge de vélos chinoise témoigne d'un problème de plus en plus important pour les villes de l'empire du Milieu : la prolifération des systèmes concurrents de partage de vélos.

Cette photo ressemble peut-être à une peinture, mais ce que vous regardez est en fait une photographie de 10 000 vélos entreposés au même endroit. Ces milliers de bicyclettes ont en fait été confisquées par les autorités chinoises, et laissés sur un terrain de jeu dans la ville de Hefei, au centre du pays.

VOIR AUSSI : En Chine, le système de vélos en libre-service est devenu un vrai problème d'urbanisme

chine_11.jpg
BARCROFT MEDIA VIA GETTY IMAGES

Cette photo est une preuve de plus de l’ampleur que prend le phénomène des vélos en libre-service en Chine. Dans de nombreuses villes du pays, des entreprises privées installent des bicylclettes  en espérant que les habitants les utilisent. 

Le problème ici, c’est que ces vélos ne sont ne sont ni vraiment réservés à l’usage privé, ni vraiment un service public. C'est pour cela que pour les autorités de nombreuses villes, dont les rues sont encombrées par ces bicyclettes, décident de les confisquer. D’autres agglomérations laissent les systèmes en place, espérant encourager les déplacements plus doux.

chine_2.jpg
BARCROFT MEDIA VIA GETTY IMAGES

Ce qui nous amène à cette photo. D’après le journal d’État chinois Global Times, le terrain de jeu appartenait à l’origine à une école, qui a finit par déménager. Lorsque les autorités de Hefei se sont mises à confisquer des vélos, elles ont choisi d’utiliser ce terrain vague parce qu’elles n'avaient pas d’autre endroit à disposition. 10 000 vélos, dont des véhicules qui étaient en infraction du code de la route, se sont donc retrouvés dans cette zone.

chine_1.jpg
BARCROFT MEDIA VIA GETTY IMAGES

Il n’en fallait pas plus pour que les utilisateurs des réseaux sociaux chinois soulignent l’ironie de la situation. Le vélo, censé être un moyen de transport vert, aura fini par former une décharge à lui tout seul. "Les vélos partagés sont censés promouvoir le partage et protéger l’environnement et à la place, ils ont causé ceci", souligne un utilisateur de Weibo.

Les réactions outrées ont l’air d’avoir porté leurs fruits. D’après le Global Times, le bureau de l’urbanisme de Heifei va rendre les vélos aux différentes entreprises de partage de bicyclettes.

– Adapté par Fabien Jannic-Cherbonnel. Retrouvez l’article original sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.