Au Japon, deux frères se sont retrouvés nez à nez avec le fossile du plus vieil oiseau aquatique jamais découvert dans la région. Vieux d’au moins 66 millions d’années, il vivait sous l’eau à l’époque où les dinosaures peuplaient encore la Terre.

Ils marchaient tranquillement près d’un réservoir d’eau dans une petite ville de l'archipel d'Hokkaido, au Japon, lorsqu'ils les ont aperçu. D'étranges ossements gisaient sous les pieds des frères Masatochi et Yasuji Kera, qui semblent avoir l'âme de collectionneurs.

VOIR AUSSI : Une nouvelle espèce de grenouilles a la peau si translucide qu'on voit battre son cœur

Après les avoir exhumés, ils ont transmis les ossements à l’université d’Hokkaido où une équipe de paléontologues s’est chargée de les analyser. Dans leur étude, publiée jeudi 8 août dans la revue Journal of Systematic Paleontology, les scientifiques sont unanimes : il s’agit du fossile d’oiseau aquatique de la sous-classe des hesperornithiformes le mieux préservé d’Asie. Les os du fémur et de la cage thoracique sont quasiment intacts. Mais c’est surtout une grande découverte pour le Japon, car jamais une trace de ce spécimen n’avait été observée dans l'archipel jusqu'à présent.

Cette nouvelle espèce, baptisée Chupkaorns Keraorum, rassemble des anciens oiseaux incapables de voler mais excellents nageurs. Appartenant à la sous-classe des hesperornithiformes, qui se caractérisent notamment par leurs dents, ils peuplaient les eaux salées à l’ère du Crétacé, il y a environ 100 à 66 millions d’années. De la taille d'un canard, "leurs points forts étaient la nage et la plongée, pas la marche. Alors si l’un d’entre eux avait le malheur de s’avancer hors de l’eau au moment où un théropode s’approchait, il finissait par être mangé", a affirmé à Live Science Anthony Fiorillo, paléonthologue à Dallas.

"Cette découverte illustre la relation spéciale qui existe entre paléontologues, scientifiques et citoyens ordinaires qui tombent sur des objets extraordinaires", a réagi dans un communiqué le scientifique Tomonori Tanaka, l'un des auteurs de l'étude. Les hesperornithiformes identifiés pour la première fois en 1996 sont connus pour compter parmi les plus anciens groupes de poissons à avoir évolué en s’adaptant au milieu aquatique. La découverte des frères Kera pourrait donc bien permettre d’éclairer l’origine des oiseaux aquatiques.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.