Avec sa promesse de "furie et de feu", la rhétorique de Donald Trump ressemble de plus en plus à celle du dictateur nord-coréen et c'est presque aussi effrayant que la menace d'une guerre nucléaire.

Le Président américain Donald Trump n’a pas mâché ses mots lorsqu’il a décidé de menacer la Corée du Nord, dans la nuit du mardi au mercredi 9 août. Le pays d'Asie avait répondu avec violence à des sanctions prises par l’ONU un peu plus tôt cette semaine.

VOIR AUSSI : Une commentatrice quitte CNN pour présenter une émission de propagande à la gloire de Donald Trump

"Nous répondrons à ces actions avec du feu et de la fureur tel que le monde n'en n'a jamais vu", a promis Donald Trump, depuis son lieu de villégiature situé à Bedminster, dans le New Jersey. Et si cette rhétorique effrayante vous dit quelque chose, c’est tout à fait normal : celle-ci est similaire au langage utilisé par le dictateur coréen Kim Jong-un, ou du moins au langage utilisé par le média gouvernemental qui parle pour lui.

Voici le message de Donald Trump dans toute sa splendeur :

Et voici la réponse, complètement exagérée, que la Corée du Nord a donné à propos des sanctions infligées par l’ONU. Celle-ci inclut une menace de "revanche multipliée par mille" ainsi que la dénonciation "d’une violente violation de souveraineté" causée par "un complot américain visant à isoler et asphyxier" la Corée du Nord. Ces similitudes ont d'ailleurs été rapidement repérées par des internautes américains .

Ce n’est pas la première fois que l’on remarque des ressemblances entre les styles de Donald Trump et de Kim Jung-un, loin de là. Le leader nord-coréen a, par exemple, de nombreuses vidéos de propagande à son actif. C’est aussi le cas du président américain.

Le dictateur nord-coréen avait indiqué l’année dernière que son pays était capable "de lancer un nouveau type de missile balistique intercontinental, dans le but d’annihiler n’importe quel bas-fond du mal, y compris aux États-Unis". Comme Kim Jung-un, le but de Donald Trump est d’éradiquer "le mal". Le président américain, bien qu’un peu moins verbeux que Kim Jung-un, est lui aussi obsédé par cette notion :

Le discours d’intronisation de Donald Trump incluait d’ailleurs des éléments de langage très forts, portant sur une vision très sombre des États-Unis, remplies de pauvre mères célibataires "virées des usines comme des tombes" ainsi que des gangs terrorisant des villes entières. "Ce carnage américain s’arrête ici et maintenant," avait-il dit pendant son discours.

"Les massacres perpétués par les agresseurs américains montrent qu'ils sont des cannibales"

Le leader Nord-Coréen utilise lui aussi un langage sombre et des hyperboles pour expliquer les choses. Lors d’une visite dans un musée, Kim Jung-un avait indiqué "que les massacres perpétués par les agresseurs américains dans la région du Sinchon montrent qu'ils sont en fait des cannibales qui trouvent du plaisir dans le meurtre".

– Adapté par Fabien Jannic-Cherbonnel. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.