Un mannequin anglais a été kidnappé en Italie par un groupe de criminels, prêts à la revendre sur le darknet pour 300 000 dollars en bitcoins. Heureusement pour elle, ses ravisseurs ont finalement eu "quelques principes".

On le sait depuis longtemps : on ne trouve pas que des drogues et des armes sur le darknet. Contrairement à ce qu'indiquent les journaux télévisés, on trouve vraiment de tout.

Tellement de tout que certains groupes mal intentionnés y vendent même... des gens. C'est ainsi qu'un mannequin britannique de 20 ans a été maintenue en captivité par plusieurs criminels qui l'ont enlevée dans le but de la mettre en vente sur Internet, tout en exigeant une rançon à ses proches.

VOIR AUSSI : Pour la première fois, une banque propose des bitcoins à ses clients

Chloe Ayling, top model, a été kidnappée le 11 juillet à son arrivée à Milan, où elle était attendue pour une séance photo. Droguée et molestée, elle a été enfermée dans une valise puis emmenée dans une maison isolée, selon la police d'État italienne.

Arrived

Une publication partagée par Chloe Ayling (@chloeayling) le

Le procureur italien Paolo Storari a déclaré : "La victime a été droguée avec de la kétamine – puis enfermée dans un sac et transportée en voiture pendant plusieurs heures." "Imaginez ce qui aurait pu arriver si elle avait été asthmatique...", s'est-il choqué.

Relâchée grâce à son bébé

Après 6 jours de captivité dans une maison près de Turin, elle a été relâchée le 17 juillet et emmenée au consulat britannique de Milan. D'après les autorités, aucune rançon n'a été payée. Quel est donc l'élément qui a motivé sa libération ? 

La police d'État italienne a arrêté un homme polonais de 30 ans, Lukasz Pawel Herba, résident au Royaume-Uni et soupçonné de kidnapping et d'extorsion. C'est lui qui aurait tenté de vendre la jeune femme sur le darknet pour plus de 300 000 dollars (254 000 euros) et demandé une rançon à son agent. Selon la police, l'homme avait déjà organisé des enchères de jeunes femmes dans le "Black Death Group", une organisation de trafic illégal sur le darknet. Cependant, on ignore encore si le suspect "les avait vraiment kidnappées ou s'il avait tout inventé".

mannequin-royaume-uni-anglais-kidnapping-rancon-italie-milan-turin-bitcoin-300000-dollars-lieu.jpg
La maison, près de Turin, où le mannequin a été retenu prisonnier.
POLIZIA DI STATO

Après sa libération, Chloe Ayling a confié au journal Corriere della Sera : "Une personne portant des gants noirs est arrivée par derrière et a mis une main sur ma nuque et l'autre sur ma bouche, tandis qu'une seconde personne avec une cagoule noire m'a injecté quelque chose dans le bras droit."

Run with my beagle

Une publication partagée par Chloe Ayling (@chloeayling) le

"Je crois que j'ai perdu conscience. Quand je me suis réveillée, je portais juste un body rose et les chaussettes que je porte actuellement. J'ai compris que j'étais à l'arrière d'une voiture, mes poignets et chevilles étaient attachés et ma bouche scotchée. J'étais dans un sac, avec juste un petit trou pour me permettre de respirer."

Le mannequin raconte avoir tellement crié que ses ravisseurs ont dû arrêter la voiture à 3 reprises. Pendant toute la durée de sa captivité, elle dit avoir été attachée à une commode par les pieds et les mains. Finalement, un homme est venu lui dire en anglais que son patron était énervé après avoir constaté sur son compte Instagram des photos de bébé. Or, le "Black Death Group" interdisait, selon l'homme, "la vente de mères".

8 months old today

Une publication partagée par Chloe Ayling (@chloeayling) le

D'après certains médias, c'est la raison pour laquelle Chloe Ayling a été libérée. Mail Online a publié une lettre apparemment envoyée par le "Black Death Group" au top model après sa libération, admettant "une erreur" dans sa capture.

"Vous êtes libérée grâce à la grande générosité du Black Death Group", dit la lettre, avant de lister plusieurs conditions à respecter, dont l'absence d'enquête et un versement de 50 000 dollars (42 300 euros) au groupe en bitcoins, dans le mois suivant. Si toutes n'étaient pas respectées, "le résultat sera votre élimination".

mannequin-royaume-uni-anglais-kidnapping-rancon-italie-milan-turin-bitcoin-300000-dollars-reconstitution.jpg
Reconstruction par la police de la manière dont la victime était détenue dans une valise.
Polizia Di Stato

Une offre en ligne – qui semble être celle publiée pour vendre Chloe Ayling – a été repérée. La description fait froid dans le dos : "Les filles peuvent être transportées dans le monde entier au bon prix… Les livraisons dans l'Union européenne sont gratuites, cela peut prendre du temps en fonction de notre position actuelle et du point de dépôt". La vente du top model devait avoir lieu le 16 juillet.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.