Face au réchauffement climatique qui provoque de fortes sécheresses en Inde, de nombreux fermiers ruinés et endettés se suicident. Une étude a trouvé une corrélation entre le nombre de suicides et l'augmentation des températures dans le pays.

En Inde, de nombreux foyers dépendent de la culture des terres pour leur survie. Mais le pays subit de nombreuses et fortes sécheresses qui impactent ces agriculteurs, les poussant parfois à la détresse psychologique et au suicide.

VOIR AUSSI : Le départ des Farc a accéléré la déforestation en Colombie

Une étude menée par Tamma A Carleton, une chercheuse de l'université de Berkeley, en Californie, a ainsi établi une corrélation entre la hausse des températures et le nombre de suicides de fermiers.

Ses résultats, publiés le 31 juillet dans le journal de la National Academy of Sciences, sont effarants : depuis une trentaine d'années, près de 59 000 fermiers indiens se sont suicidés à cause de la hausse des températures.

"Cette analyse en Inde – où survient un cinquième des suicides dans le monde – démontre que le climat, et particulièrement la température, a une grande influence sur cette épidémie grandissante de suicide", explique la chercheuse à Quartz.

Sécheresse et endettement

Pour parvenir à ces résultats, Tamma A Carleton a établi une comparaison des données de suicide du National Crime Records Bureau indien avec des données sur le rendement des cultures agricoles et les schémas climatiques, pour chaque année entre 1967 et 2013.

L'étude montre ainsi que les variations de température pendant la saison des cultures faisaient écho à une hausse des suicides. Ainsi, lors les journées où la température était supérieure à 20 °C, un degré supplémentaire pouvait causer jusqu'à 67 suicides en plus. "Par contraste", ajoute-t-elle, "les températures hors des saisons agricoles n'ont pas d'impact identifiable sur le taux de suicide".

schema-suicide-inde-etude-secheresse-rechauffement-climatique-temperature.jpg
En haut, les variations de température entre les années 1980 et 2013. En bas, le taux de suicide attribuables à la hausse des températures.
Tamma Carleton

La chercheuse explique cette corrélation par les conséquences de la sécheresse, qui abîme les cultures ou empêche le développement des plantations, et provoque un grand stress dans les foyers dépendant de l'agriculture. En Inde, 52 % des foyers qui vivent de l'agriculture sont en dette, mais une moyenne d'emprunt de 47 000 roupies (620 euros).

"Entre la crise de l'eau et la sécheresse dans de nombreux États, les fermiers subissent un fardeau financier énorme", expliquait récemment un fermier conduisant à New Delhi une manifestation pour alerter le gouvernement. "Nous sommes presque détruits. On mourra en manifestant s'il le faut."

Une situation dramatiquement stable

De plus, 60 % des terres cultivables ne sont pas dotées de systèmes d'irrigation efficaces, et s'en remettent simplement aux intempéries. À la moindre sécheresse, c'est donc la catastrophe pour les fermiers. Jusqu'ici, aucun gouvernement n'a pu résoudre le problème, malgré les investissements faits en la matière et les différentes aides apportées aux agriculteurs.

"Sans investissement, le nombre de suicides pourrait aller croissant"

"Le rapport des suicides à la températures est resté incroyablement stable au fil des années", analyse Tamma Carleton, "malgré le développement économique robuste de l'Inde et les grandes innovations faites sur les rendements agricoles".

"Sans investissement pour adapter les terres cultivables, mes résultats suggèrent qu'un nombre toujours croissant de vies pourraient être gâchées par ces suicides", conclut la chercheuse. En effet, les projections climatiques actuelles prévoient une augmentation de 3 °C des températures d'ici à 2050. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.