Jeudi 20 juillet, la Chine a dévoilé un plan pour devenir le "leader de l’intelligence artificielle d’ici 2030". Parmi les secteurs concernés, la sécurité nationale, où l'IA pourrait prédire les comportements criminels.

Big Brother is watching you, enfin non, is carrément arresting you. En Chine, la surveillance de masse passe à la vitesse supérieure. Dans une note publiée jeudi 20 juillet, le gouvernement chinois a expliqué vouloir devenir leader dans le secteur de l’intelligence artificielle, et ce dans plusieurs secteurs gérés par l'État, dont la sécurité nationale.

VOIR AUSSI : À Pékin, les caméras de surveillance vont jusque dans les toilettes publiques

En partenariat avec l’entreprise CloudWalk, la police chinoise serait en train de tester un système de surveillance s'appuyant sur une intelligence artificielle capable de prédire les crimes et délits et d’arrêter les futurs coupables avant qu’il ne soit trop tard. Oui, comme dans "Minority Report".

AI et Big data comme enquêteurs

En passant en revue des milliers d’images de vidéo surveillance, l’intelligence artificielle de CloudWalk serait capable de détecter les visages et d'analyser les comportements. En les couplant avec les données de la police, elle déterminerait un "taux de risque de crime" pour chaque individu, et préviendrait la police pour qu’elle intervienne en cas de danger.

"La police utilise un système de classement reposant sur le big data pour classer les groupes d’individus suspects en fonction de là où ils vont et ce qu’ils font", a expliqué un porte-parole de CloudWalk au Financial Times. "Bien sûr, si quelqu’un achète un couteau de cuisine, c’est bon, mais si la personne achète aussi un sac et un marteau un peu plus tard, elle devient suspecte." En gros, si vous déménagez, mieux vaut étaler vos achats suspects sur plusieurs semaines.

chine_ai.jpg
Des caméras de surveillance sur la place Tiananmen à Pékin, en Chine.
Colin McPherson, Corbis, Getty Images

Des systèmes similaires sont déjà utilisés depuis plusieurs années à Milan ou Los Angeles, mais avec ses 176 millions de caméras de vidéo-surveillance, une administration qui enregistre scrupuleusement chaque fait et geste de ses citoyens et un système judiciaire peu regardant sur les droits de l’Homme, cette expérimentation a de quoi inquiéter en Chine.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5449992fd601ea72-18cb-443f-8789-e990b2c94e3c.jpg
Une caméra à reconnaissance faciale pour sanctionner les piétons qui traversent en dehors des passages.
Weibo, Mashable

Dans certaines grandes villes chinoises, des caméras de surveillance équipées de la technologie de reconnaissance faciale ont déjà été installées pour sanctionner les piétons qui ne traversent pas dans les clous. Le système de prédiction de crimes serait, lui, en phase de test dans une cinquantaine de grandes villes.

– Retrouvez l'article de Yi Shu Ng sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.