L’école de codage informatique Simplon accueille depuis fin 2015 des réfugiés. Un moyen pour eux de s’insérer dans la société et décrocher un travail à la fin de la formation.

Intégrer les réfugiés par le codage informatique. Voilà l’objectif de l’école Simplon.co qui depuis 2013 a ouvert ce lieu d’apprentissage à public fragile et en marge de l’emploi : des personnes en décrochage scolaire, d’autres en situation de handicap et depuis fin 2015 des réfugiés.

VOIR AUSSI : Je suis allée chez Simplon pour suivre un cours de code... dispensé par des enfants

"On a voulu démontrer que le numérique à un pouvoir d’inclusion", explique à InfoMigrants Frédéric Bardeau, cofondateur et Président de Simplon.co.

Six mois de formation 

Pour les insérer au mieux dans la société française, l’équipe n’a pas voulu créer de classes spéciales pour les réfugiés, ni de cursus spécifique. Ainsi dans une classe de vingt à trente personnes, 5 à 12 d’entre eux sont des réfugiés. "C’est important qu’ils soient mélangés avec des Français, analyse Frédéric Bardeau. Cela leur permet de se défaire de l’image de réfugié qui leur colle à la peau."

L’école s’est appuyée sur des mécènes du secteur privé comme par exemple la fondation Total ou BNP Paribas, ce qui leur permet de maintenir la formation gratuite. Le recrutement des nouveaux candidats se fait par l’intermédiaire d’associations comme Singa, France Terre d’asile, la Cimade ou encore via les centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA). Des inscriptions spontanées peuvent également être déposées en ligne sur leur site internet. "Peu importe votre âge ou votre parcours, le critère principal est la motivation", insiste Frédéric Bardeau.

80% des "apprenants" décroche un emploi à l’issue de la formation

Pendant six mois, les "apprenants" suivent une formation intensive avec 35 heures de cours de codage par semaine. 400 heures d’enseignement du français sont également dispensées par l’Alliance française tout au long de l’apprentissage. À la fin de la formation, les élèves doivent effectuer un stage d’un mois, qui souvent leur ouvre les portes d’un emploi.

Dans la dernière promotion, six réfugiés ont obtenu une promesse d’embauche de BNP Paribas pour démarrer un CDD (contrat à durée déterminée) dès septembre prochain. "Depuis qu’on a débuté en 2013, 80% des ‘apprenants’ ont décroché un emploi à l’issue de la formation", se félicite le Président de l’école.

L’école est aussi un bon moyen pour développer un réseau et rencontrer de nouvelles personnes. "C’est en quelque sorte une nouvelle chance pour eux", note Marie-Ange Juet, responsable de la communication de Simplon.co.

Le projet d’intégration des réfugiés connait un tel succès que 30 écoles du réseau Simplon en région ouvriront dès septembre leurs portes aux réfugiés. 

– Cet article de Leslie Carretero a initialement été publié sur le site InfoMigrants.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.