À l'occasion du MAKS 2017, un salon international de l’aéronautique qui s'est tenu à Moscou, un fabriquant d'armes a expliqué comment le pays de Vladimir Poutine entendait concurrencer les États-Unis en matière d'intelligence artificielle militaire.

La Russie développe de nouveaux missiles et des drones dotés d’une intelligence artificielle qui leur permettra de prendre leurs propres décisions. Vous avez dit flippant ? Oui.

VOIR AUSSI : L’intelligence artificielle a-t-elle été confisquée par une poignée d’êtres humains ?

D’autant plus que c'est un des principaux marchand d'armes russe qui a dévoilé ces recherches au salon aérospatial international MAKS 2017, près de Moscou, dans le but de concurrencer la puissance militaire des États-Unis.

Boris Obnosov, PDG de Tactical Missiles Corporation, a affirmé jeudi 20 juillet que ces armes seraient sur le marché d’ici quelques années et qu’elles s’inspireraient des méthodes du Raytheon Block IV Tomahawk américain. La Russie a étudié le fonctionnement de ce missile durant la guerre en Syrie et entend imiter certaines de ses capacités, comme le fait de pouvoir changer de cible en cours de route.

Mais le marchand d’armes russes n’en a pas dit beaucoup plus sur l’ensemble des projets de recherche en intelligence artificielle militaire en Russie. "Le travail dans ce champ de recherche est en cours. C’est un domaine très sérieux où une recherche fondamentale est nécessaire. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de réaliser certains succès, mais nous devons encore travailler de longues années pour atteindre des résultats plus poussés", a-t-il affirmé, selon l’agence de presse étatique russe TASS.

L’intelligence artificielle militaire, le plus grand danger pour l’humanité ?

Alors que la recherche en intelligence artificielle est en plein boom – comme nous vous en parlions longuement il y a quelques jours –, nombreux sont les chercheurs et les personnalités à alerter sur les risques que comporte l’utilisation de l’IA à des fins militaires. Déjà, dans une lettre ouverte publiée le 27 juillet 2015, plus d’un millier de personnalités, dont Stephen Hawking et Elon Musk, alertaient sur le danger que peut représenter l’utilisation des armes autonomes pour l’humanité.

La crainte est évidemment liée à l’escalade et à la compétition pour la possession de l’IA la plus performante sur les terrains de guerre. Si de telles armes venaient à être produites, "ce ne sera qu’une question de temps avant qu’elles n’apparaissent sur le marché noir et dans les mains de terroristes, de dictateurs souhaitant contrôler davantage leur population et de seigneurs de guerre souhaitant perpétrer un nettoyage ethnique", notent les signataires.

Samedi 15 juillet, Elon Musk a réitéré ses inquiétudes à l’occasion d’un discours à la National Governors Association, une réunion des gouverneurs américains. "J’ai eu accès à l’intelligence artificielle la plus à la pointe, et je crois que les gens devraient vraiment s’inquiéter sur le sujet", a-t-il une nouvelle fois alerté.

Tandis que la Russie annonçait le développement de ces nouveaux missiles, la Chine, le même jour, présentait son plan pour devenir un "leader mondial" en matière d'intelligence artificielle, selon les termes de l'agence de presse Reuters. Le pays entend dépasser les États-Unis dans ce domaine avant 2025 et a mis en place un plan de développement de 22,15 milliards de dollars (150 milliards de yuan) jusqu'en 2020, auquels s'ajouteront 59 milliards de dollars (400 milliards de yuan) pour 2025. Un investissement colossal qui prouve que la course à l'intelligence artificielle militaire est bel et bien lancée.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.