Un pêcheur iranien a diffusé, début juillet, une vidéo de lui en train de se tenir debout... sur le dos d’un requin-baleine en pleine mer, dans le Golfe persique. L’image a ému de nombreux internautes iraniens, qui ont jugé cette attitude dangereuse.

Le 6 juillet dernier, Rahmat, un pêcheur iranien, a posté sur son compte Instagram une courte vidéo où on le voit grimper sur le dos d’un animal aquatique et rester debout. Les images, prises lors d’une session de pêche dans le Golfe persique, ont immédiatement provoqué le déchaînement des internautes.

VOIR AUSSI : Les baleines ont énormément grossi en quelques millions d'années et on sait maintenant pourquoi

Dans les commentaires de la publication Instagram, un internaute iranien s’exclame par exemple : "Pourquoi Instagram n’a pas déjà signalé ce contenu ? Ils suppriment les images offensantes, mais pas celles montrant la mise en danger d’espèces protégées !" D’autres personnes ont en revanche loué le courage de l’apprenti surfeur, assurant qu’il n’avait pas blessé l’animal.

Les Observateurs de France 24

Une espèce en danger

"L’animal qu’on voit dans la vidéo n’est pas une baleine, comme ont pu le penser des internautes au départ, mais plutôt un requin-baleine. Ils mangent du plancton et des petits poissons, et vivent principalement dans des régions comme le Golfe persique, le golfe d’Oman, au large de l’Inde, de l’Australie ou encore des Philippines [selon les estimations, il en existerait environ 10 000 dans le monde, ndlr]", explique Maryam Mirzaloo, chercheuse iranienne en paléo-océanographie, discipline qui vise à étudier la géologie des océans, aux Observateurs de France 24.

"Même si l’attitude de cet homme n’a pas pu blesser l’animal, elle peut causer une situation de stress qui va le désorienter"

Ces poissons sont en général très amicaux et de nombreux plongeurs parviennent à les approcher car ils ne craignent pas la présence humaine. Pouvant atteindre jusqu'à 13 mètres de long et peser jusqu'à 30 tonnes, les requins-baleines ne sont pas non plus totalement innofensifs.

"Il faut garder à l’esprit qu’il ne faut pas toucher les animaux dans leur milieu naturel. Il y a des règles à respecter en matière d’approche des requins-baleines et pour préserver leur habitat [comme on peut le voir sur l’image ci-dessous]. Même si l’attitude de cet homme n’a pas pu blesser l’animal, elle peut causer une situation de stress qui va le désorienter et qui n’est pas bonne pour sa santé", affirme également Maryam Mirzaloo.

Ce requin est d'ailleurs dans la liste rouge "Appendix II", c'est-à-dire qu'il est considéré comme une espèce en danger, en l'occurence depuis 2002. "Nous n’avons pas de statistiques sur la chasse des requins-baleines en Iran, mais d’ailleurs, les pêcheurs iraniens n’ont pas pour habitude de chasser ces poissons ou même les dauphins dans le Golfe persique.Le problème est plus répandu en Asie de l’est ou à Oman où ils sont chassés pour être vendus sur les marchés [un aileron de requin-baleine se vend environ 20 000 euros sur les marchés asiatiques, ndlr]", conclut la chercheuse.

Le pêcheur n'a pas été sanctionné

Après visionnage de la vidéo, Mohammad Tollab, le directeur de l’agence de protection marine et environnementale de la province de Bushehr, a expliqué que le pêcheur ne serait pas puni car il n’avait pas blessé l’animal. Cependant, il a indiqué qu’ils allaient lui transmettre des "informations" pour qu’il sache comment il faut réagir et ce qu’il ne faut pas faire avec un requin-baleine.

Pour autant, face aux critiques sur les réseaux sociaux, le pêcheur Rahmat a tenu à se défendre, notamment en publiant une vidéo montrant le requin-baleine, en bonne santé et nageant à côté du bateau, bien après avoir été chevauché, comme on le voit dans la vidéo ci-dessous.

Les Observateurs de France 24

Suite à la polémique, le pêcheur a d'ailleurs présenté des excuses sur son compte Instagram. "Nous aimons les baleines, et nous ne voulons jamais les blesser. Nous sommes des pêcheurs, et à chaque fois qu’une baleine ou un dauphin est coincé dans nos filets, nous déchirons nos filets, même si ces derniers coûtent très cher."

Article initialement publié sur le site des Observateurs de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.