Dans une nouvelle vidéo, l'Agence spatiale américaine a dévoilé son plan DART pour tous nous sauver en cas d'impact d'astéroïde.

On les a tous vus, ces blockbusters où scientifiques et haut-gradés se réunissent dans un bureau éclairé au néon pour réfléchir tous ensemble à la manière dont ils pourraient sauver la Terre d'un impact d'astéroïde imminent. Heureusement pour tout le monde, il y a toujours ce type ou cette fille que personne n'écoute au début pour tout remettre dans l'ordre (quelques secondes avant la catastrophe, bien évidemment).

VOIR AUSSI : La NASA a un plan pour tous nous sauver en cas d'impact d'astéroïde sur la Terre

Mais qu’en serait-il dans la vraie vie si une masse cosmique venait à foncer droit sur nous ? Figurez-vous que la NASA a planché sur le dossier. Vendredi 30 juin, l'agence spatiale américaine a en effet dévoilé l'un de ses plans de sauvetage de la Terre dans une vidéo publiée sur YouTube. 

"DART serait la première mission de la NASA à utiliser la technique dite de l’impact cinétique"

On y découvre son plan DART, pour Double Asteroid Redirection Test, qui consiste à envoyer un véhicule spatial dans l'espace dans le but de l'écraser sur l'un des composants du système astéroïde binaire appelé Didymos. "DART serait la première mission de la NASA à utiliser la technique dite de l’impact cinétique – frapper un astéroïde pour en dévier la trajectoire – pour se prémunir d’un futur impact d’astéroïde", a expliqué Lindley Johnson, responsable de la protection de la planète à la NASA, dans un communiqué de presse.

DART fait partie d’un plan international pour développer un programme de défense planétaire capable de nous protéger des astéroïdes dont la trajectoire pourrait être ennuyante pour la Terre. Parmi les partenaires de la NASA, on compte ainsi l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA) et le Jonh Hopkins University Applied Physics Laboratory (JHU/APL).

L’impact cinétique ne sera pas testé avant quelques années, mais un début de mission est prévu d’ici 2020 avec le lancement de deux vaisseaux, pour un premier crash test autour de 2022. Cela pourrait donc prendre un petit paquet d'année avant d’être certains que le plan marche. Bon, au moins, on nous restera une alternative à la migration de groupe sur Mars avec Elon Musk.

– Adapté par Chloé Rochereuil. Retrouvez la version originale sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.