Manspreaders de tous les pays, vous avez du souci à vous faire. À Madrid, il est désormais interdit d'écarter ses jambes dans le bus jusqu'à empiéter sur la place d'à côté.

Avec les piqûres de moustique l'été et les bols de céréales sans lait, le manspreading est ce petit mal de la vie quotidienne absolument insupportable. Bonne nouvelle – ces derniers mois, les langues se sont déliées et la colère est montée : enfin, le monde s'est mis à parler de ce phénomène qui n'a pas attendu les rames de métro bondées pour débarquer.

VOIR AUSSI : "Manspreading", "mansplaining": petit lexique de ces pénibles comportements masculins complété par nos soins

Maintenant qu'on s'est tous collectivement offusqués de cette tendance des hommes à prendre trop de place dans l'espace public et ne pas savoir s'asseoir sans écarter leurs jambes comme si leurs bijoux de famille faisaient la taille d'une énorme pastèque, que nous reste-t-il ?

manspreading_logo.jpg
Madrid Municipal Transport Company

Cette question ne s'est pas contentée d'être débattue à l'heure des olives vertes. En Espagne, à Madrid, le transporteur public a carrément fait le choix de bannir ce comportement désagréable pour les usagers des bus de la ville. Selon CNN, l'entreprise a rendu public une icône encourageant les passagers à garder leurs jambes placés droit devant eux. "L'objectif est d'inciter tout le monde à adopter un comportement respectueux des autres et de leurs espaces", a précisé le transporteur public dans un billet de blog publié le 6 juin. Cette victoire intervient après des mois de militantisme de la part de groupes féministes, qui ont lancé le hashtag #MadridSinManspreading (#MadridWithoutManspreading).

Au nom de la loi, je vous demande d'arrêter d'écarter vos jambes messieurs, merci.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.