La lutte pour le climat fait rage. Aux États-Unis, plus de 1 200 entreprises, universités, États et personnalités ont décidé de mener la fronde contre Washington et de suivre les directives de l'accord de Paris.

Nous vous en parlions il y a quelques jours : la fronde contre la décision de Donald Trump de quitter l’accord de Paris sur le climat grandit aux États-Unis. À tel point que 902 entreprises privées, 183 universités, 125 villes et 9 États se sont engagés à suivre les directives de l’accord malgré les choix de l’administration de Donald Trump.  

VOIR AUSSI : Tout n'est pas perdu, les villes et les États américains comptent se battre pour l'écologie et l'accord de Paris

Dans une lettre ouverte adressée à la communauté internationale et intitulée "We are still in" ("Nous sommes toujours dedans"), lundi 5 juin, plusieurs entreprises comme Apple, Amazon, Google, Spotify, Facebook, Tesla, des personnalités comme le maire de New York Bill de Blasio ou le maire de Los Angeles Eric Garcetti, ainsi que neuf États américains comme la Californie ou l’État de Washington s’engagent à peser de tout leur poids pour que les États-Unis fassent leur part du travail pour lutter contre le changement climatique. Au total, ce regroupement inédit pèse 6 200 milliards de dollars dans l’économie des États-Unis.

"En l’absence de leadership de Washington, des États, des universités, des villes et des entreprises représentant un pourcentable non négligeable de l’économie américaine s’engagent à poursuivre les ambitions climatiques mondiales et à travailler ensemble pour réaliser des actions concrètes afin que les États-Unis restent les chefs de file de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre", explique le communiqué de presse.  

L’ancien maire de New York Michael Bloomberg est chargé de coordonner les efforts de ces différents acteurs. "Nous allons faire tout ce que l’Amérique aurait fait si elle était restée engagée", a-t-il affirmé dans un entretien au New York Times. Il a également expliqué être déjà en contact avec l’ONU pour que les actions lancées soient comptabilisées dans le reporting global de l’accord de Paris.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.