La première usine de capture de CO2 vient d'être installée à Zurich en Suisse. Une solution qui pourrait révolutionner la lutte contre le réchauffement climatique.

Se faire de l’argent sur le dos de la pollution ? C’est désormais possible et c’est même une bonne chose.

VOIR AUSSI : Une start-up néerlandaise veut chauffer nos maisons avec des serveurs informatiques

La première usine au monde de capture de dioxyde de carbone (CO2) vient d’être mise en route. L’idée de l'entreprise suisse Climeworks, à l’origine de l’installation, est simple : capturer directement le CO2 s’échappant d’une usine d’incinération des déchets, le stocker puis le vendre aux serres des alentours.

D’après Futurism, le dioxyde de carbone est un fertilisant agricole exceptionnel. Les 1 000 tonnes de CO2 capturées par année pourront donc servir à faire pousser des tomates ou des laitues. L’installation, logée dans plusieurs containers, est plutôt légère et son processus de fonctionnement est relativement simple : le CO2 est filtré et absorbé par des éponges pendant plusieurs heures. Une fois le filtre saturé, celui-ci est chauffé à 100 degrés. À cette température, le CO2 se solidifie et peut donc ensuite être exploité.

Comme le note Fast Company, cette usine est particulièrement intéressante parce qu’en plus d’être économiquement viable, son exploitation est "mille fois plus efficace que la photosynthèse". Enfin, d’après Climeworks, des milliers d'usines comme celles-ci seraient nécessaires dans les années à venir pour que l’accord de Paris sur le climat soit respecté. D’autant que le CO2 peut être enterré s’il ne peut pas être revendu, une pratique encore expérimentale mais jugée écologiquement efficace.

L’usine de capture ne va cependant pas résoudre tous les problèmes liés au réchauffement climatique : pour ne capturer qu’un pourcent des émissions mondiales, il faudrait installer 750 000 usines comme celle que l’on trouve à Zurich.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.