Le président américain a créé la polémique en plaidant, dans un message publié sur Twitter, en faveur de son décret migratoire, une heure seulement après l'attentat qui a frappé le centre de Londres. Plus tard, il s'en est pris au maire de Londres.

Donald Trump a été l'un des premiers dirigeants à réagir à l'attaque qui a frappé le centre de Londres, samedi 3 juin, et c'est évidemment sur Twitter que le président américain s'est exprimé. Une réaction qui crée la polémique, puisque le chef d'État en a profité pour plaider en faveur de son décret migratoire, avant même d'apporter, dans un second message, son soutien au Royaume-Uni.

VOIR AUSSI : Donald Trump a saisi la Cour suprême pour faire passer son décret anti-migrants

"Nous devons être intelligents, vigilants et fermes (...) Nous avons besoin du décret migratoire comme niveau supplémentaire de sécurité", écrit-il dans ce premier tweet, sans connaître l'origine des assaillants, ni la nature de cette attaque.

Tout juste investi le 20 janvier, le président Trump avait pris ce décret interdisant l'entrée aux États-Unis des réfugiés syriens pour une durée illimitée, de tous les réfugiés d'autres pays pour 120 jours et des ressortissants de sept pays à majorité musulmane (Iran, Irak, Libye, Somalie, Syrie, Soudan et Yémen) pour 90 jours. Mais il avait soulevé un tollé dans le pays et dans le monde avant d'être rapidement suspendu par plusieurs juges américains.

L'administration Trump avait alors présenté en mars une seconde mouture du décret qui avait aussi été suspendue par deux juges fédéraux, dans le Maryland et à Hawaï, entraînant la saisie de deux cours d'appel, dont celle de Virginie, laquelle a confirmé le 25 mai sa suspension.

Le maire de Londres cible d'attaques de Trump

Plus tard, le président américain a encore sévi dans une nouvelle série de messages. Il s'en est pris au maire de Londres, Sadiq Khan, l'accusant de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste. "Au moins sept morts et 48 blessés dans un attentat terroriste et le maire de Londres dit qu'il n'y a 'pas de raison d'être alarmés' !", a écrit Donald Trump sur le réseau social.

Sadiq Khan a pourtant condamné "dans les termes les plus forts possibles" l'attentat londonien, qui a replongé le Royaume-Uni dans la tourmente moins de deux semaines après celui de Manchester. Son porte-parole a indiqué que le maire avait "mieux à faire" que de répondre au tweet "mal informé" de Donald Trump.

"Nous devons cesser d'être politiquement corrects et nous mettre au travail sur la sécurité pour les nôtres. Si nous ne sommes pas malins, cela ne fera qu'empirer", a également tweeté le président américain.

Donald Trump a enfin profité de cet attentat pour plaider en faveur du port d'armes. "Avez-vous remarqué que nous n'avons pas de débat sur les armes en ce moment-même ? C'est parce qu'ils ont utilisé des couteaux et un camion !", a écrit le président républicain.

Samedi soir, trois assaillants ont foncé dans la foule sur le London bridge puis attaqué des passants avec des couteaux dans ce quartier très animé, avant d'être abattus par la police.

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.