Beaucoup de jeunes Russes ont participé aux manifestations anti-corruption qui ont eu lieu en mars. Pour redorer son blason auprès des étudiants, le Kremlin aurait payé une artiste pop pour qu'elle chante que manifester, c'est vraiment pas stylé.

La corruption, c'est vraiment hyper bien. L'opposition politique à Vladimir Poutine en revanche, c'est totalement has been.

VOIR AUSSI : Emmanuel Macron : "Russia Today et Sputnik ont été des organes de propagande mensongère" durant la présidentielle

C'est ce qu'affirme en substance la chanteuse de musique pop russe Alisa Vox dans sa dernière chanson. Selon une source du magazine Meduza, Le Kremlin aurait donné à la chanteuse 35 000 $ pour produire cette chanson et ce clip vidéo. La chanson s'appelle "Baby Boy" et ne parle que des joies de la passivité et de la servilité politique. The Moscow Times a traduit les paroles en anglais, en voici un extrait en français :

"Liberté, argent, filles – tu auras tout, même le pouvoir.

Alors gamin, reste en dehors de la politique, et fais prendre une douche à ton cerveau."

Le reste de la chanson décrit un étudiant en manifestation qui tient une pancarte dans ses "faibles mains", rate des cours et obtient de mauvaises notes parce qu'il est un "pantin" des forces d'opposition qui l'ont trompé en lui offrant "de grandes richesses".

Un climat de corruption en Russie

La chanteuse a déclaré à une radio russe avoir écrit cette chanson parce qu'elle trouvait que les jeunes étaient trompés par Alexeï Navalny, le meneur des forces d'opposition russes qui a guidé de grandes manifestations anti-corruption en mars. Beaucoup de lycéens et d'étudiants étaient présents lors de ces rassemblements. Peu de temps après, Navalny a été attaqué avec du colorant vert qui l'a presque aveuglé de l'œil droit.

Récemment, Navalny avait trouvé des preuves que le Premier ministre russe Dmitry Medvedev avait acheté des yachts et des propriétés avec de l'argent "donné" par des oligarques russes à de fausses associations.

C'est le genre de corruption à laquelle on peut s'attendre avec le Kremlin (rien qu'à voir le "cabinet noir" de Poutine on en frissonne), mais certainement pas le genre de choses qui arriverait en France ou aux États-Unis… Hein ?

"Baby Boy", bientôt en écoute dans les soirées de Jared Kushner.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.