Première victoire pour le fondateur de WikiLeaks : la Suède abandonne ses poursuites pour viol. Sa situation reste encore incertaine, mais Julian Assange a montré sa joie avec une simple photo postée sur son compte Twitter.

Julian Assange est (presque) libre.

VOIR AUSSI : "MacronLeaks" : Comment WikiLeaks et Julian Assange ont outrepassé leur rôle de lanceurs d'alerte

Et il a l'air évidemment ravi par cette nouvelle : 

Le parquet suédois annoncé vendredi 19 mai qu'il abandonnait l'enquête pour viol, en cours depuis sept ans contre le fondateur de WikiLeaks.

Âgé de 45 ans, Julien Assange vit dans l'ambassade d'Équateur à Londres depuis 2012 dans le but d'éviter d'être extradé vers la Suède. Il a refusé de se rendre à Stockholm par crainte d'une autre extradition vers les États-Unis, où il pourrait devoir répondre devant la justice des 500 000 dossiers secrets dévoilés par WikiLeaks sur les guerres en Afghanistan et en Irak. 

WikiLeaks, qui a tweeté l'annonce, a déclaré que l'accent est maintenant mis sur le Royaume-Uni :

Dans un communiqué, la police du Grand Londres (Met) a indiqué que Julian Assange sera arrêté s'il sort de l'ambassade équatorienne. "La Cour des magistrats de Westminster a émis un mandat pour l'arrestation de Julian Assange suite à son refus de se présenter devant la cour le 29 juin 2012", a déclaré la police. "Le Service de police métropolitain est obligé d'exécuter ce mandat s'il venait à quitter l'ambassade".

Si Julian Assange est reconnu des charges émises à son encontre, la peine maximale qu'il encourt est d'un an de prison et/ou d'une amende.

– Adapté par Steven Jambot. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.