L'Europe, un havre de paix pour la communauté Lesbienne, Gay, Bi et Trans (LGBT) ? Pas vraiment, d'après le classement annuel réalisé par l'ILGA-Europe à l'occasion de la Journée internationale contre l'homophobie.

Et non, la France n'est pas le pays européen le plus ouvert en matière de droits des LGBT. La Suède non plus, d'aileurs. D'après l'ILGA-Europe (la branche européenne de l'association internationale lesbienne et gay), le pays le plus gay-friendly est Malte.

VOIR AUSSI : Malte est le premier pays européen à interdire les "thérapies de réorientation sexuelle"

Tous les ans, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, l'association publie un classement des 49 pays européens sur la question. Et si les chiffres sont globalement en progression par rapport à l'année dernière, la carte Rainbow Europe montre l'étendue du chemin qu'il reste à parcourir. Pour réaliser son étude, l'ILGA prend en compte différents critères tels que le droits des transexuels, l'égalité face au mariage ou encore les politiques anti-discriminations, qu'elle agrège pour en faire un pourcentage. À 100%, l'égalité entre les personnes LGBT et hétérosexuelles est atteinte. À 0% c'est l'inverse.

Commençons par les bonnes nouvelles. Plusieurs pays ont amélioré leur score : l'Italie par exemple, qui a légalisé l'union civile pour les couples de même sexe en 2016. En haut du classement, on trouve Malte, suivi par la Norvège et la Grande-Bretagne. La France passe de la neuvième à la cinquième position et plafonne à 71%. Cette remontée française s'explique notamment par l'abandon, après un vote de l'Assemblée nationale, de l'obligation de castration chimique lors d'un changement de sexe. L'ILGA note dans son rapport que même si "le mariage gay attire l'attention des médias, ce n'est pas le seul facteur d'amélioration".

Homophobie institutionalisée

Pour les 49 pays européens étudiés, l'égalité est atteinte à seulement 38% – 48% pour les pays de l'Union européenne.  Mais ces chiffres cachent de grandes disparités entre les nations. Pour chaque pays comme la Norvège, l'Espagne ou la France qui protègent (plus ou moins bien) les LGBT, il en existe d'autres dans lesquels vivre sa sexualité de façon ouverte est impossible.

Ce sont globalement les pays de l'Est qui sont à la traîne en maitère de droits LGBT. Tout en bas de la liste, on retrouve sans surprise l'Azerbaijan, suivi de la Russie et de l'Arménie. L'ILGA note que dans certains pays, c'est une homophobie d'État à laquelle les LGBT ont à faire face. En exemple la Tchétchénie, où des homosexuels sont envoyés dans des camps par les autorités locales. La révélation de ces pratiques a beau avoir déclenché un tollé dans le reste du monde, l'ILGA juge que trop peu est encore fait par les gouvernements occidentaux.

"Ces pays qui sont vus comme des champions de l'égalité ne remettent plus en cause le statu quo comme avant", explique Joyce Hamilton, le co-président de l'ILGA-Europe. "Le but, ça n'est pas de 'réinventer la roue' tous les ans, le but c'est de respecter les droits humains de base."

L'occasion de rappeler qu'une fois les grandes victoires obtenues, comme celle du mariage pour tous, il reste encore du chemin à parcourir. La Suède, pourtant en tête du classement il y a quelques années, se retrouve rétrogradée notamment à cause de sa position sur les questions trans. La France aussi a encore du travail à faire : la semaine dernière, SOS Homophobie notait une nette augmentation des actes homophobes en 2016.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.