Le "hand spinners" est le nouveau succès des cours de récréation du monde entier. Cette toupie à trois bras est présentée par de nombreux fournisseurs comme un "remède aux problèmes d'attention des écoliers", de manière sûrement un peu exagérée.

Les hand spinners (hélice à main, en français) sont très rigolos à faire tourner, et une bonne source de détente. Mais sont-ils vraiment plus que des simples jouets bas de gamme ?

VOIR AUSSI : Un enfant exige que le vice-président des États-Unis s’excuse de lui avoir mis la main dans la figure

Certains experts affirment que non. Malgré les slogans marketing qu'on voit sur le Web, aucune recherche n'a jusqu'ici prouvé que ces toupies d'un nouveau genre peuvent servir d'outil thérapeutique pour les personnes atteintes d'anxiété, d'autisme ou d'hyperactivité.

"Je sais qu'il existe beaucoup de jouets similaires, mais il n'y a aucune preuve scientifique que ces objets ont un effet relaxant universel", explique Scott Kollins, psychologue clinicien et professeur à l'université Duke, à NPR le 14 mai.

Un objet utile mais pas médical

Cela ne veut pas dire que la toupie à trois bras n'apporte aucun bienfait, et que les parents et professeurs ont tort d'y voir une possible aide à la concentration pour leurs enfants. Alors les vendeurs vont peut-être un peu loin dans la description du produit, quand ils soutiennent que la toupie peut servir de solution aux comportements turbulents, qu'il s'agisse d'un vrai trouble du déficit de l'attention (aussi appelé THAD) ou d'une inadaptation à la configuration d'une salle de classe par exemple.

hand-spinner-stress-anxiete-adhd.jpg
Capture d'écran Amazon

"Il est important que les parents et les professeurs qui gèrent des enfants avec des troubles de l'attention sachent qu'il existe des traitements testés et approuvés qui fonctionnent, et qu'il n'existe pas vraiment de solution rapide et facile comme l'achat d'un simple jouet", rajoute Scott Kollins.

3 à 5 % des enfants de 6 à 12 ans sont atteints de ces troubles en France, selon l'association de soutien aux personnes atteintes de troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité. Leurs parents vont souvent chercher de l'aide au-delà des traitements médicamenteux traditionnels. Cette quête les rend plus vulnérables à un certain marketing centré autour des problèmes d'attention et de concentration des écoliers.

Un autre expert a une opinion sceptique sur les hand spinners.

Mark Rapport est psychologue clinicien à l'université de Central Floride, et a étudié les bénéfices du mouvement sur les personnes atteintes de troubles de l'attention. "Utiliser un gadget rotatif sert plutôt de distraction que de bienfait pour les gens atteints de ces troubles", tempère-t-il dans Live Science début mai.

Un bienfait ni universel ni confirmé

Cela dit, les parents et certains spécialistes du développement défendent toujours l'objet, malgré son interdiction dans plusieurs salles de classe à cause des distractions qu'il provoque. Pour eux, dans les bonnes circonstances, le hand spinner et autres objets du genre peuvent apaiser un étudiant anxieux ou hyperactif.

hand-spinner-liste-amazon-thad-adhd-stress-anxiete.jpg
Capture d'écran Amazon

"On devrait nommer ces gadgets des outils d'agitation, pas des jouets. Ils peuvent participer à une stratégie pour gérer les troubles du comportement, surtout s'ils font partie intégrante du fonctionnement d'une salle de classe", soutient Claire Heffron, thérapeute pédiatrique à Cleveland, dans le Washington Post.

Une étude de 2015 montre qu'en faisant passer un test sur ordinateur à des étudiants atteints de troubles de déficit de l'attention qu'on laisse s'agiter, leurs résultats sont bien meilleurs qu'en les forçant au calme. Les enfants sans TDAH, cependant, ne voient pas leurs résultat changer quelle que soit leur agitation.

Mais Julie Schweitzer, auteure de l'étude et psychologue à l'université California à Davis, pense qu'il est trop tôt pour lier ce résultat à l'utilisation de hand spinners. "Nous devons d'abord les étudier pour voir s'ils peuvent faire une différence, et pour qui", précise-t-elle au Washington Post.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.