Dans le cadre d'un nouveau documentaire qui sera diffusé sur la BBC en septembre prochain, le physicien, théoricien et cosmologiste Stephen Hawking affirme qu'il ne reste plus qu'un siècle à l'humanité pour échapper à l'extinction.

Un siècle pour quitter la Terre et trouver une existence viable dans une autre planète. C'est le défi qui s'impose à l'homme, à en croire Stephen Hawking. L'astrophysicien a déclaré, dans un documentaire réalisé pour la chaîne de télévision BBC, qu'il ne nous restait plus que cent ans avant de voir la race humaine disparaître à tout jamais de la surface de la Terre, rapporte le Telegraph, mardi 2 mai. D'où l'intérêt d'aller explorer d'autres contrées de l'univers dans l'espoir d'y trouver refuge.

VOIR AUSSI : Des stars américaines ont passé une "audition" pour être la nouvelle voix de Stephen Hawking

Intitulé "Expedition New Earth", le documentaire a été produit pour célébrer le retour sur le petit écran de la série futuriste phare de la BBC, "Tomorrow's World", après 38 ans d'absence. Il devrait être diffusé en septembre prochain, a annoncé la BBC.

Grand adepte des prédictions apocalyptiques, Stephen Hawking pariait pourtant l'année dernière sur une deadline plus longue : "Bien que le risque de catastrophe qui pèse sur la planète à une année donnée semble faible, il s'additionne avec le temps et deviendra quasi certain dans 1 000 ou 10 000 ans", déclarait-il lors d'une conférence à l'université d'Oxford, en novembre dernier.

Quelles solutions ?

En un an, les choses se seraient donc empirées au point d'accélérer l'extinction de l'homme sur Terre ? Qu'il s'agisse d'un simple coup com' pour promouvoir ce nouveau documentaire ou d'une prédiction sincère, le problème est posé : il va falloir trouver un refuge habitable au cas où l'humanité serait vraiment destinée à devoir quitter la Terre.

Le planète Mars, qu'Elon Musk souhaite conquérir dès 2018, s'impose comme la première des alternatives. Pourtant, la vie sur la planète rouge pourrait s'avérer très nocive. Les particules radioactives de son atmosphère produirait des séquelles irréversibles sur le cerveau humain. Sans parler de son sol aux substances toxiques, de ses températures glaciales et de son air irrespirable. Alors bien sûr, certains diront qu'il est possible de terraformer Mars pour en faire une planète réellement habitable, mais cela prendrait des centaines de milliers d'années, fait remarquer le site Popular Science.

L'idéal serait peut-être de commencer à explorer au-delà de notre système solaire dans l'espoir de trouver, parmi les quelques 100 milliards de planètes de la Voie lactée, un peu d'eau, de la terre et de l'air respirable.

Sinon, on peut toujours rester pragmatiques et préférer à la fuite en avant vers de nouveaux horizons, la réflexion sur nos modes de production et de consommation. S'ils demeurent inchangés, ils continueront à détruire l'environnement, sur Mars, comme sur n'importe quelle autre planète.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.