Des chercheurs sont parvenus à retirer le VIH présent dans des cellules de souris en ayant recours à CRISPR Cas9, une nouvelle technologie qui révolutionne la génétique.

Pour lutter contre le sida, les traitements actuels permettent seulement de bloquer l'évolution du virus dans l'organisme des malades. Il n'y a pas de guérison possible. Mais une nouvelle étape dans la recherche du traitement idéal vient d'être franchie : une étude, publiée dans la revue Molecular Therapy mercredi 3 mai, affirme avoir éradiqué le virus présent dans un organisme vivant. Selon les scientifiques américains à l'origine des recherches, le VIH-1 a ainsi été intégralement retiré des cellules de souris et ne s'est pas répliqué.

VOIR AUSSI : Des scientifiques ont créé une clé USB capable de dépister le virus du VIH

"Notre objectif ultime sera d'entamer des tests cliniques sur des patients humains", promet Kamil Khalil, doctorant à l'université de médecine du Temple de Philadelphie et coauteur de l'étude. Pour en arriver à ce résultat inédit, les scientifiques ont utilisé un outil : le CRISPR Cas9. Développé depuis quatre ans, il fonctionne comme des "ciseaux à ADN", et découpe grâce à une enzyme des parties du génome, permettant ainsi d'ajouter, de modifier ou d'inactiver des gènes.

"Couper" les gènes touchés par le virus

Les chercheurs de l'université de Pittsburgh et de l'université du Temple ont d'abord intégré le matériel génétique du VIH dans celui des souris avant de recourir au CRISPR Cas9 pour "couper" les fragments de gènes touchés par le virus. En plus de l'éradiquer de ces génomes précis, les scientifiques sont parvenus à stopper toute reproduction du virus dans le corps des souris.

Les rongeurs étaient divisés en deux groupes. Dans le premier, ils étaient atteints du virus Eco VIH, équivalent du virus du sida humain. Dans le second, des cellules humaines dormantes abritant le VIH-1 leur avaient été injectées. Après la découpe des cellules infectées via CRISPR Cas9, Eco VIH a arrêté de se répliquer alors qu'il s'agissait d'un virus actif. Quant aux souris contaminées par des cellules humaines, l'intégralité du VIH-1 a également pu être éradiqué.

sang.jpg
CHINA PHOTOS/GETTY IMAGES

Il va évidemment falloir attendre encore longtemps avant de voir apparaître les premiers tests conduits sur des êtres humains, d'autant plus que la technologie du CRISPR induit des enjeux éthiques controversés. La CIA l'a d'ailleurs classée dans la catégorie des "armes de destruction massives" en février dernier, ce qui laisse supposer que l'engin peut être aussi dangereux que salvateur pour l'homme.

De nouveaux essais seront réalisés sur des singes, un modèle "plus approprié" que les souris, selon les chercheurs, qui espèrent pouvoir démontrer qu'il est aussi possible d'éliminer le VIH des cellules immunitaires Lymphocytes T et des cellules cérébrales, zones privilégiées par le virus. Fin 2015, 36,7 millions de personnes étaient porteurs du virus du sida à travers le monde, selon l'Organisation Mondiale de la Santé.

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.