Enfant, nous galopions libres comme l’air dans la cour de récréation de l’école. Chevalier, guerrière ou princesse, nous étions heureux à jouer sans monture. En Finlande, des adolescentes ont fait de cette pratique un vrai sport : le hobby-horsing.

La nouvelle folie sportive de la jeunesse finlandaise implique des grands écarts dignes d'une ballerine, des sauts parfaitement exécutés et une bonne dose d'athlétisme. Un sport tout en finesse et en légèreté, mais qui se pratique avec une fausse tête de cheval plantée sur un bâton.

VOIR AUSSI : L'e-sport sera un sport médaillé comme les autres aux Jeux asiatiques de 2022... avant les Jeux olympiques ?

Le hobby-horsing, sport très en vogue chez les adolescentes finnoises, imite les disciplines traditionnelles de l'équitation, comme le saut d'obstacles ou le dressage. Mais plutôt que de monter sur un véritable équidé, les compétitrices chevauchent un bâton surmonté d'une tête de cheval. Un documentaire datant de 2016 analysait déjà le phénomène.

Un nouveau sport, une nouvelle communauté

Les adolescentes finnoises pratiquant ce sport sont très présentes sur les réseaux sociaux, comme rapportait Associated Press dimanche 30 avril. Grâce à différents groupes sur Facebook, les jeunes femmes pratiquant le hobby-horsing se rencontrent, échangent ou vendent leurs "têtes de chevaux" réalisées à la main et organisent des sorties.

Sur YouTube et Instagram, elles diffusent énormément de leurs rencontres et créent, lentement mais surement, une véritable communauté, presque une culture liée au hobby-horsing. On peut voir des compétitions, des vidéos d'entraînement, des tutoriels ou même des shootings photos. Dans ces vidéos, l'esprit de partage et d'entraide est très présent.

L'empowerment par le hobby-horsing

Selon plusieurs "cavalières", le hobby-horsing permet aussi aux jeunes filles de s'émanciper. Les ados se construisent un style comme elles le souhaitent, sans le regard désapprobateur des standards de la société finlandaise ou de la surveillance d'une quelconque fédération officielle. Dans un espace purement féminin, elles sont libres de développer une identité propre, avec une mode vestimentaire parfois originale, notamment en créant elles-mêmes le destrier qu'elles chevaucheront.

Laitetaanpas toinen Alice-kuva Oliverin kanssa!

Une publication partagée par Navy (@khtvermillon) le

"Aucun garçon ne vient nous dire ce que nous devons faire ou nous donner des ordres", témoigne Alisa Aarniomaki, 20 ans, à Associated Press. "Je pense qu'il y a quelque chose de féministe dans le hobby-horsing." Même si aucune statistique officielle n'existe, ce sont à peu près 10 000 personnes – majoritairement des adolescentes – qui sont investies dans ce nouveau sport.

Alisa Aarniomaki fait de l'équitation depuis ses 10 ans, mais trouve le hobby-horsing thérapeutique. Selon elle, ce sport l'a aidé à surmonter le divorce de ses parents, le harcèlement à l'école, et d'autres problèmes personnels. "Ça m'a beaucoup aidée de pouvoir simplement galoper avec mes amies dans la forêt de temps en temps", confie-t-elle à AP. "Ça me permet de trouver un équilibre intérieur."

Une organisation presque officielle

Même si le hobby-horsing est un phénomène culturel fondé par des adolescents, notamment grâce aux phénomènes de partage que permet le Web, le sport n'a pas encore de fédération officielle. Ce qui n'empêche pas les jeunes sportives de se retrouver vraies compétitions. Des volontaires organisent des concours régionaux dans toute la Finlande et un championnat national a lieu chaque année. Cette année, le concours avait lieu à Vantaa à la fin du mois d'avril. 200 jeunes filles concouraient pour la première place, sous les yeux ébahis de plus de 1 000 spectateurs.

hobby-horsing-competition-cheval-finland-sport-equitation.jpg
Une jeune fille en plein saut, pendant la compétition de hobby-horsing de Vantaa, en Finlande, le 29 avril 2017.
HEIKKI SAUKKOMAA/REX/SHUTTERSTOCK

Les détracteurs de cette pratique diront qu'il ne s'agit pas là d'un vrai sport, mais d'une occupation d'enfants ou d'une version équestre des jeux de rôle grandeur nature. Mais les amoureuses du hobby-horsing font remarquer, dans un article du Wall Street Journal publié à la fin du mois de mars dernier, qu'outre l'énergie physique que demandent les sauts et la course, le hobby-horsing promeut l'amitié et la discipline.

Et quand on demande leur avis aux responsables officiels de l'équitation en Finlande, ceux-ci ne peuvent qu'acquiescer. "Pour nous, il est tout simplement incroyable que le hobby-horsing soit devenu un phénomène si populaire", s'émerveille Fred Sundwall, secrétaire général de la Fédération finlandaise d'équitation, à AP. "Il donne une chance aux enfants et aux adolescents qui ne peuvent posséder de cheveaux de créer une relation entre eux, à l'extérieur des étables et des écoles d'équitation."

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.