Le lancement de l'humanoïde de combat russe est prévu d'ici 2021. Mais la deadline s'annonce serrée.

Thomas Pesquet peut souffler : le "Terminator" russe n’est a priori pas prêt d’aller dans l’espace. Ces derniers jours, vous avez peut-être vu passer sur vos fils d’actualités un robot russe un peu flippant qui tire tout seul au pistolet. "FEDOR", pour "Final Experimental Demonstration Object Research", c’est l’humanoïde muni d’une intelligence artificielle créé par l’armée russe et censé rejoindre la Station spatiale internationale d’ici 2021.

VOIR AUSSI : Robot humanoïde de la Nasa cherche programmeur pour l'envoyer sur Mars

De nouvelles photos et vidéos de la bête ont été publiées il y a plusieurs jours par Dmitri Rogozine, le vice-président du gouvernement russe. Selon Pravda, un média d’État russe, Fedor est supposé rejoindre la Station spatiale internationale à bord du nouveau vaisseau russe "Federation" pour "réaliser des tâches complexes en dehors de la Station spatiale internationale pendant que les cosmonautes manipuleront la machine depuis l’intérieur".

Probablement pas de Terminator dans l'espace avant 2021

Présenté par les médias comme le "Terminator" de la vraie vie, Dmitri Rogozine a calmé les esprits en précisant que "les exercices de tirs sont une méthode d’apprentissage pour que le robot apprenne à prioriser et prendre des décisions instantanées. Nous créons une intelligence artificielle, pas Terminator".

Rien en revanche sur la présence supposée du non-Terminator dans l’espace d’ici quatre ans. Et pourtant un lancement pour 2021, ça parait un peu ambitieux. Quelques raisons nous font penser que la Russie s’est peut-être un peu emballée sur ce coup-là, comme le rappelle le site Ars Technica.

Premièrement, il faut savoir que Dmitri Rogozine n’en est pas à sa première envolée lyrique sur l’espace. Pendant la crise en Ukraine et les sanctions américaines sur la Russie qui avaient suivi, il avait tweeté : "Après avoir analysé les sanctions contre notre industrie spatiale, je suggère que les États-Unis emmènent leurs astronautes dans la Station spatiale internationale avec un trampoline". Ah oui, il a aussi dit que la Russie allait coloniser la Lune de façon permanente.

Un bien joli programme. Sauf que la Russie a annoncé l’année dernière la réduction de son budget spatial de 2016-2025 de 30 %. L’agence spatiale russe sacrifiera même un de ses cosmonautes sur le prochain vol russe, passant d’une équipe de trois à deux personnes.

Autre indice pour rassurer Thomas Pesquet – ou plutôt ses héritiers – plusieurs sources ont indiqué au site spécialisé Russian Space Web que les tests de vols sans pilote censés emmener Terminator dans l’espace n’auront pas lieu avant 2023. Un projet qui semble donc franchement utopique.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire