La société spatiale d'Elon Musk est enfin parvenue, jeudi 30 mars, à faire décoller puis atterrir sa première fusée réutilisable, après un lancement orbital à but commercial. Une première dans l'histoire de la conquête spatiale.

Dans la soirée du 30 mars, la société SpaceX, créée et dirigée par l'excentrique Elon Musk, a lancé depuis Cap Canaveral la fusée Falcon 9, dont le premier étage de 41 mètres de haut a déjà volé en avril 2016. Il a donc été recyclé pour ce vol.

VOIR AUSSI : Les passagers de SpaceX seront forcément des gens très riches, un peu fous et qui s'ennuient

Depuis plusieurs années, SpaceX tentait vainement de recycler ses fusées. Et cette fois, c'est la bonne : ce lancement orbital à but commercial Falcon 9 transportait un satellite de télécommunications de la firme luxembourgeoise SES – fut couronné de succès. L'entreprise américaine, déjà entrée dans la culture populaire, a également réussi à faire revenir l'engin sur Terre seulement 8 minutes et 32 secondes après son décollage.

"C'est un jour incroyable pour l'espace et l'industrie spatiale", s'est réjoui Elon Musk lors de la diffusion du lancement. "On peut faire voler et revoler le premier étage d'un lanceur, qui est la partie la plus chère, et cela finira par aboutir à une énorme révolution du vol spatial", a-t-il ajouté. La vidéo de l'atterissage a finalement été diffusée sur le compte Instagram de SpaceX, le mercredi 6 avril.

Falcon 9 landing on the "Of Course I Still Love You" droneship after delivering SES-10 into orbit.

Une publication partagée par SpaceX (@spacex) le

Ce succès était en effet primordial pour SpaceX. Il fallait envoyer un message fort à la concurrence incarnée par l'entreprise créée par Jeff Bezos, le patron d'Amazon, nommée Blue Origin. Cette dernière était déjà parvenue à faire voler des fusées recyclées, mais uniquement à un niveau suborbital, atteignant un niveau de 100 km à une vitesse maximale 3600 km/h. Le Falcon 9, lui, a atteint une altitude de 200 km à une vitesse de 28 000 km/h, se plaçant ainsi en orbite. 

L'autre point important pour Elon Musk était de démontrer que ces projets d'envoyer des humains sur la Lune et sur Mars ne sont pas si farfelus, notamment sur le plan financier. À en croire les propos de la directrice générale de SpaceX, Gwynne Shotwell, le recyclage du premier étage d'une fusée permet une réduction du coût du lancement de 30 %. Quand on sait que 60 millions de dollars ont été nécessaires pour fabriquer le Falcon 9, il n'est pas anormal de vouloir faire quelques économies. "Si l'on peut comprendre comment réutiliser efficacement les fusées comme les avions, le coût de l'accès à l'espace sera réduit de l'ordre de cent", a ajouté Elon Musk

Reste maintenant à savoir le nombre de fois que le permier étage pourra être recyclé. Fin 2015, Elon Musk assurait pouvoir le faire revoler entre 10 et 20 fois alors que rien ne permet encore de le garantir. Mais venant d'un type qui veut construire un tunnel menant directement à son bureau, cela n'a rien d'étonnant. Comme dirait l'autre, wait and see.  

– Retrouvez l'article de Miriam Kramer sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.