Le président brésilien Michel Temer a non seulement hérité d'un pays en plein marasme politique, mais aussi d'une résidence officielle hantée. La bonne affaire.

Décidemment, reprendre la présidence du Brésil, c’est loin d’être un cadeau. En plus d’hériter d’un pays en pleine crise politique – après la destitution de Dilma Roussef en août 2016 –, le nouveau président brésilien Michel Temer a aussi récupéré des colocataires un peu encombrants.

VOIR AUSSI : Les "ghost cams", étranges livestreams pour repérer des fantômes, hantent encore Internet

Dans une interview au magazine brésilien Veja, Michel Temer a annoncé qu’il quittait le palais de l’Aurore, la résidence des chefs d’État brésiliens à Brasilia, à cause des "fantômes" qui pourraient y séjourner.

"J’ai senti quelque chose d’étrange ici. Je n’arrivais pas à dormir dès la première nuit. L’énergie n’était pas bonne", a confié le président brésilien. "Nous avons même commencé à nous demander : est-ce qu’il ne pourrait pas y avoir des fantômes ?"

temer_fantomes.jpg
Le Palais de l'Aurore (en portugais, Palácio da Alvorada), résidence présidentielle à Brasília, capitale du Brésil.
Paulo Fridman, Corbis, Getty Images
palacioalvorada_1.jpg
La salle de banquet du palais du Planalto, adjacent à la résidence du palais de l'Aurore des présidents.
Wikimedia Commons
palacioalvorada_3.jpg
Le hall d'entrée du palais du Planalto, adjacent à la résidence du palais de l'Aurore des présidents.
Wikimedia Commons
palacioalvorada_2.jpg
Le palais de l'Aurore et du Planalto en construction.
Wikimedia Commons

Ni une ni deux, Michel Temer a quitté le palais construit par Oscar Niemeyer en 1958 avec femme et enfant pour rejoindre le palais de Jaburu, où il séjournait en tant que vice-président depuis 2011.

"Marcela (sa femme) a senti la même chose. Il n’y a que Michelzinho (son fils), qui courait dans tous les sens et qui appréciait", a expliqué Michel Temer.

Ambiance, ambiance au Brésil.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.