Après plusieurs années de restauration et de recherches, ce fossile de crâne humain vieux de 400 000 ans découvert au Portugal va pouvoir livrer ses secrets.

Tout au fond d’une grotte au Portugal, le fossile d’un crâne humain brûlé reposait depuis 400 000 ans, entouré d’une poignée d’outils en pierre et de restes d’animaux.

VOIR AUSSI : Des chercheurs ont découvert pour la première fois un cerveau de dinosaure fossilisé

Une équipe d’archéologues a récemment récupéré les fragments de ce fossile, exhumant un éclairage nouveau sur l’évolution des humains dans l’Europe de l’ouest pendant de Pléistocene moyen, une période allant d’il y a 781 000 ans à 126 000 ans.

Un crâne de Néandertal

Le crâne trouvé dans une caverne d’Aroeira au Portugal est celui d’un homme de Néandertal, notre cousin disparu.

Les chercheurs assurent qu’il s’agit du plus vieux fossile humain jamais trouvé au Portugal et qui partage certaines caractéristiques avec d’autres fossiles de la même période découverts en Espagne, en France et en Italie. Le crâne est aussi l’un des premiers fossiles humains d’Europe a été lié à des outils préhistoriques en pierre, d’après une étude publiée lundi dans le Proceedings of the National Academy of Sciences.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f4120212f5dbf7dfe-7efa-4671-bb17-3969e628871d.jpg
Une reconstitution virtuelle du crâne d'Aroeira.
ROLF QUAM

"Le crâne d’Aroeria accroît la diversité anatomique de la collection de fossiles d'hominidés de cette période en Europe, suggérant que des populations montraient différentes combinaisons de caractéristiques morphologiques", explique Rolf Quam, co-auteur de l’étude et anthropologue à l’université Binghamton à New York, dans un communiqué de presse.

"Une région cruciale pour comprendre les origines et l'évolution de l'homme"

"Ce nouveau fossile découvert dans le péninsule ibérique est très intéressant car cette région d'Europe est cruciale pour comprendre les origines et l'évolution de l'homme de Neandertal", ajoute Rolf Quam.

Un fossile vieux de 400 000 ans est, certes, rare mais relativement jeune dans le monde de la paléontologie.

Deux fossiles de mâchoire récemment découverts en Éthiopie suggèrent que le gène humain, Homo, est arrivé en Afrique de l’est autour d’il y a 2,8 millions d’années. Les restes de Lucy, le célèbre fossile découvert sur le site d’Hadar d’une espèce cousine, indiquent qu’elle vivait en Éthiopie il y a quelque 3,2 millions d’années.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f4120232fb9a6dee3-978e-4e58-a258-5bc52476215d.jpg
Des outils en pierre découverts sur le site d'Aroiera au Portugal.
ROLF QUAM

Rolf Quam a mené l’étude du crâne d’Aroeira avec l’archéologue portugais João Zilhão. L’équipe internationale avait trouvé le crâne à la fin de l’année 2014. Puisque le fossile avait été fermement piégé dans des sédiments, les chercheurs l’ont retiré du site en un bloc solide.

Dans un centre de recherche en paléontologie basé à Madrid, des experts ont extrait et restauré le crâne au terme d’un méticuleux processus long de deux ans, explique Rolf Quam. Avant que les chercheurs ne scannent le fossile et en fassent des reconstructions virtuelles.

Le fossile sera la pièce maîtresse d’une exposition sur l’évolution humaine qui s’ouvre cet octobre au musée national de l’archéologie de Lisbonne, au Portugal.

– Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.