Huit ans après avoir perdu contact avec le satellite Chandrayaan-1 envoyé en orbite autour de la Lune par l'Inde en 2008, la NASA a réussi à le relocaliser, a annoncé l'agence spatiale américaine jeudi 9 mars.

Le 22 octobre 2008, Chandrayaan-1 avait été le premier satellite lunaire envoyé par un pays du Sud, après l'Union soviétique, les États-Unis et l'Europe.

VOIR AUSSI : Le conseiller que Donald Trump vient de nommer à la NASA veut transformer la Lune en exploitation minière

Un an après, le satellite indien disparaissait et tout contact avait été perdu. Aujourd'hui, le mystère s'éclaircit enfin : non, le satellite n'a pas été aspiré par des extraterrestes, Chandrayaan-1 a été precisemment localisé par la NASA, a annoncé l'agence dans un communiqué publié sur son site, jeudi 9 mars. Et ce, grâce à une nouvelle technique tripartite d'antennes terrestres, rapporte CNN.

La Lune, cimetière de satellites

Face à l'immensité de l'espace, les télescopes optiques et les radars interplanétaires ont du mal à détecter des objets, encore plus lorsque ces derniers sont extrêmement petits et qu'ils se retrouvent proches de la Lune. Car là, ils tendent à être occultés par la lumière lunaire.

Mais surtout, cette région spatiale est connue pour ses propriétés gravitationnelles irrégulières qui affectent l'orbite des satellites. C'est qui est arrivé à Chandryaan-1 : avec sa forme de cube et ses côtés de un mètre et demi, il était jusqu'alors introuvable.

Trois antennes terrestres

Mais en juillet dernier, la NASA a utilisé trois antennes terrestres, l'une en Californie, l'autre en Virginie et la dernière au Puerto Rico, pour envoyer des micro-ondes en direction du pôle nord de la Lune, vers où se trouvait potentiellement le satellite indien, selon les estimations des scientifiques. "Les calculs du Jet propulsion laboratory de la NASA indiquaient que Chandrayaan-1 était toujours en orbite, à 200 kilomètres au-dessus de la surface de la Lune, mais qu'il était considéré comme 'perdu'", explique ainsi la NASA dans son communiqué.

En analysant les ondes réfléchies interceptées par les antennes, l'agence a déterminé la vitesse et la distance précises du satellite. Résultat : la NASA a réajusté ses estimations de 180 degrés pour se caler sur sa position exacte. "Chandrayaan-1 était néanmoins dans l'alignement que nous avions estimé", affirme Ryan Park, membre du laboratoire de la NASA. Outre sa portée symbolique, la mission avait été rendue célébre après avoir détecté des traces d'eau à la surface de l'astre.

En plus du satellite indien, l'orbite de reconnaissance lunaire (LRO) de la NASA, lui toujours actif, a également été précisemment localisé. Cette nouvelle technique de recherche basée sur les trois antennes terrestres devrait être mobilisée à l'avenir pour évaluer les risques de collisions et renforcer la sécurité dans les missions autour de la Lune.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.