WikiLeaks lance une nouvelle bombe : des milliers de documents compromettants pour la CIA devraient être mis en ligne dans les jours prochains sur la plateforme créée par Julian Assange. L'agence de renseignement est accusée d'espionnage de masse.

Il faut donc s’attendre à une nouvelle salve de révélations de la part de WikiLeaks dans les jours à venir, à prendre, bien évidemment, avec les pincettes de l'esprit de synthèse et d'analyse.

VOIR AUSSI : Julian Assange est donc en train de devenir le "Tanguy" de l’Équateur

Dans un communiqué publié ce mardi, le site fondé par Julian Assange annonce la publication prochaine de milliers de documents confidentiels en lien avec les pratiques de la CIA. Toutefois, il est important de noter que ni l'Associated Press ni la CIA n'ont pour le moment réagi à cette annonce.

Baptisée "Vault 7", cette série de révélations serait la plus importante jamais réalisée par WikiLeaks sur l’agence de renseignement américaine. "La quantité de pages publiées dans la première partie de 'Vault 7' dépasse déjà le nombre total de pages publiées au cours des trois premières années des fuites d'Edward Snowden contre la NSA", peut-on lire dans le communiqué.

"Year Zero", un premier chapitre de 8 000 documents

En effet, cette première partie de la fuite, intitulée "Year Zero", regrouperait quelques 8 761 documents récupérés, d’après WikiLeaks, via "un réseau isolé de haute sécurité situé à l’intérieur même du Cyber Intelligence Center, au siège de la CIA à Langley, en Virginie". Celle-ci présenterait l’étendue du programme de piratage en ligne de la CIA et particulièrement les moyens utilisés par l’agence, dignes d’un véritable arsenal de cyber-criminel : malware, virus, chevaux de Troie, attaques Zero Day et autres systèmes de contrôle à distance seraient couramment utilisés contre des terminaux américains et européens tournant sous iOS, Android ou encore Windows. 

"Le malware de la CIA est une menace pour les journalistes : il contamine les iPhone, les téléphones Android et outrepasse le chiffrage de Signal ou Confide", tweete le site.

Toujours selon le communiqué et les tweets de WikiLeaks, la CIA serait effectivement capable de contourner le cryptage des applications de messagerie comme WhatsApp, Telegram, Wiebo ou encore Cloakman. Des téléviseurs Samsung auraient même été jusqu’à être transformés en microphones d’espionnage. 

Un duel CIA-NSA ?

Les documents mettraient également en lumière la rivalité bureaucratique entre la CIA et la NSA, agence de renseignement désormais connue, grâce aux révélations d’Edward Snowden, pour ses opérations d’espionnage de masse. WikiLeaks démontrerait ainsi, documents à l’appui, que la CIA disposerait d’une "prééminence politique et budgétaire" sur sa rivale et aurait constitué une équipe de hackeurs hors-pair, officiant depuis une base secrète installée au consulat américain de Francfort, afin de ne plus devoir compter sur les services de la NSA.

Nous suivrons bien évidemment de près ces nouvelles révélations et tenteront d'y apporter le meilleur éclairage possible.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.